samedi , 18 août 2018

« Une quelconque revendication nouvelle relative aux élections doit se faire devant la nouvelle CENI », réagit le RPG-Arc-en-ciel

Dans une déclaration lue par son Secrétaire général Saloum Cissé, le RPG-Arc-en-ciel, parti au pouvoir, a déploré, lundi dernier, « des déclarations de nature à déchirer le tissu social, des actes de vandalisme ayant abouti à la destruction de biens publics et privés ». Pour le parti présidentiel, « tant que la nouvelle CENI n’aura pas été mise en place, sur la base de la mise en œuvre du principe de la représentation paritaire telle qu’elle découle de la loi révisée, aucune autre revendication ne devrait objectivement être faite sur d’autres aspects devant constituer les activités opérationnelles de la CENI ». Déclaration…

DECLARATION DU RPG-ARC-EN-CIEL RELATIVE A LA SITUATION POLITIQUE ACTUELLE DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE

Chers compatriotes,

C’est avec beaucoup de consternation que la Direction Nationale du RPG-Arc-en-ciel a relevé, qu’à la faveur des marches dites pacifiques organisées par les Partis politiques de l’opposition, des déclarations de nature à déchirer le tissu social ont été faites, des actes de vandalisme ayant abouti à la destruction de biens publics et privés ont été perpétrés. Ces déclarations incendiaires et opérations de destruction des biens, notamment des particuliers innocents, ont eu pour conséquence d’opposer les populations, les unes aux autres, sur des bases aussi irrationnelles que les effets néfastes qu’elles ont engendrés.

La Direction Nationale du RPG-ARC-EN-CIEL, soucieuse de la préservation de la paix et de la quiétude dans notre pays, condamne fermement les actes de violence et de vandalismes commis au cours des dernières manifestations politiques qui ont eu lieu ces derniers jours à Conakry. Elle saisit cette occasion pour inviter les victimes des dégâts enregistrés à la retenue et à accorder leur pardon aux auteurs des actes ayant conduit à la commission de ces forfaitures.

En effet, le dessein inavoué des Partis politiques de l’opposition est, comme ils l’ont toujours dit depuis l’élection du Professeur Alpha CONDE à la Magistrature suprême du pays, d’empêcher la tenue effective des élections législatives et de provoquer une situation chaotique généralisée pour compromettre les acquis du Gouvernement, en termes de bonne gouvernance, ayant conduit à l’atteinte des résultats assurant à la Guinée le statut de PPTE et montrer à l’opinion internationale que nous ne sommes encore pas suffisamment murs, politiquement, pour aborder les échéances de finalisation de la transition.

Chers compatriotes,

Nous devons, ensemble, dire non à ce genre d’attitudes et de comportements dont la seule finalité est de maintenir notre pays dans son statut d’Etat arriéré et non viable, alors la Guinée a tous les atouts pour réussir son décollage économique et assurer le mieux être à l’ensemble de ses populations.

C’est pourquoi, au nom du RPG-Arc-en-ciel, j’en appelle à la conscience patriotique de toutes les guinéennes et guinéens épris de paix, de justice et soucieux du développement du pays.

Aux jeunes utilisés ou instrumentalisés par les leaders des Partis politiques de l’opposition, je leur demande plus de retenue, plus de sagesse, plus d’objectivité et plus de responsabilité aux fins de la préservation des biens publics et privés et de ne privilégier que l’intérêt général du Peuple de Guinée, chaque fois qu’ils vont être amenés à poser un quelconque acte dans le sens de l’exercice des libertés publiques consacrées et garanties par la Constitution. Qu’ils sachent qu’en aucune façon, l’exercice d’une liberté, aussi autorisée qu’elle soit par la Constitution, ne peut se faire au mépris des droits et libertés des autres, des préoccupations de préservation de l’intérêt général et de l’unité nationale. Qu’ils sachent surtout que ceux qui les font descendre dans les rues n’ont aucun de leurs enfants parmi eux.

Aux jeunes partisans et sympathisants du RPG-Arc-en-ciel, je rappelle le sens de responsabilité qui leur incombe pour la réalisation des objectifs majeurs d’édification d’Etat de droit et économiquement viable. A cet effet, je leur demande de ne pas être vindicatifs et d’être plutôt conciliants en sachant pardonner aux autres ce qu’ils pourraient leur faire en mal dont la conséquence logique serait qu’ils se rendent justice eux-mêmes.

Chers compatriotes,

L’opposition a fait beaucoup de revendications politiques. Le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, soucieux de la préservation de l’ordre public, de l’intérêt général et de l’unité nationale, a accepté d’accéder à celles qui semblent majeures, par voie de compromis, laissant ainsi même parfois la loi ou acceptant de modifier celle-ci pour montrer sa bonne foi.

Il en a été ainsi avec l’arrêt des opérations de révision du fichier électoral qui avaient été engagées par la CENI. De même, il vient de leur concéder la recomposition de la CENI sur la base de la représentation paritaire Mouvance/Opposition. La loi vient d’être révisée et adoptée par le CNT. Le Président de la République l’a promulguée comme loi de l’Etat.

Ceci constitue, à n’en pas douter, la marque de la disponibilité du Chef de l’Etat à privilégier l’intérêt général et à faire, à ce titre, toutes les concessions nécessaires.

Tant que la nouvelle CENI n’aura pas été mise en place, sur la base de la mise en œuvre du principe de la représentation paritaire telle qu’elle découle de la loi révisée, aucune autre revendication ne devrait objectivement être faite sur d’autres aspects devant constituer les activités opérationnelles de la CENI, comme par exemple la révision du fichier électoral et toute la procédure qui devra y être appliquée. Il appartiendra à la CENI recomposée ou restructurée de se pencher sur ces diverses questions opérationnelles avec les grandes tendances politiques. En attendant, tout le monde devrait faire le jeu nécessaire à la mise en place rapide de la nouvelle CENI avant de formuler une quelconque revendication nouvelle relative aux élections, non plus devant le Président de la République et son Gouvernement, mais devant la nouvelle CENI, qui est à part entière devenue Institution Républicaine.

Chers compatriotes,

Notre pays est en pleine phase d’édification d’un Etat de droit sous l’impulsion du Président de la République, le Professeur Alpha CONDE. Cette construction ne se fait pas dans un laps de temps ; elle se fait de façon progressive et par à-coup.

Un Etat de droit obéit à des exigences de conformité à la loi, donc implique un certain nombre de comportements responsables, rationnels et objectifs. Ce comportement responsable implique que tout le monde se plie à la seule autorité de la loi.

Dès lors, nul n’est habilité à adopter des attitudes dont les conséquences vont être la désolation et le chao. Ce serait une situation de non droit, incompatible aux aspirations légitimes de notre peuple.

Chers compatriotes,

Je ne saurai terminer cette déclaration sans tendre la main à toutes les guinéennes et guinéens épris de paix et soucieux de l’intérêt général et de l’unité nationale en leur demandant d’aplanir les querelles intestines, qui les opposent, et de mettre au-devant les grandes préoccupations de développement et de consolidation de l’Etat de droit, qui devraient les rassembler, en vue de l’édification d’une Guinée nouvelle. Je sollicite de la part des Coordinations régionales, des autorités religieuses et des leaders d’opinion une large implication dans les activités de sensibilisation et d’éducation civique des citoyens en vue de l’enracinement de la culture de la paix et de la tolérance dans notre pays.

Je demande à toutes les guinéennes et guinéens de l’intérieur et de l’extérieur, de toutes religions et de tous sexes, de toutes régions et de toutes ethnies, de se ressaisir, de privilégier les intérêts supérieurs du Peuple de Guinée et de suivre le Président Alpha CONDE, en ce que ses initiatives et actions en seraient conformes, dans la réalisation de ce grand idéal national. La Guinée se construira avec tous ses fils et toutes ses filles, sous la direction éclairée du Professeur Alpha CONDE, Président de la République, Chef de l’Etat.

Vive la paix !

Vive la République !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*