samedi , 7 décembre 2019

Baadiko riposte : « Nous n’avons pas de leçon à recevoir d’opportunistes professionnels »

Le Front  d’Union pour la Démocratie et le Progrès  (FDP) auquel appartient Mamadou Bah Baadiko a apprécié mercredi les nouveaux actes posés par le Conseil National de la Transition avec en premier, l’adoption de la Loi organique portant création, organisation et composition de la CENI.

Pour le Coordinateur du FDP, Mamadou Bah Baadiko, la réforme que vient de poser le CNT est la bienvenue d’autant qu’elle intervient à un moment critique de l’histoire de la Guinée, caractérisé par une crise politique et un blocage du processus électoral. Même si, dans son entendement, Baadiko estime que le seul changement majeur opéré dans la nouvelle loi demeure la durée du mandat qui passe de 5 à 7 ans.

 

Le Coordinateur du FDP, par ailleurs président de l’Union des Forces Démocratiques, félicite les Commissaires démissionnaires de la CENI et du CNT ainsi que les ministres qui ont jeté l’éponge, pour avoir dit-il, désapprouvé  l’orientation  partisane  prise par leurs institutions.  Mais les éloges s’arrêtent là.

 

Revenant sur le projet du Collectif et de l’ADP de mettre les Centristes au compte de la mouvance présidentielle dans la recomposition de la future CENI, Baadiko ne tarde pas à remettre les choses à leur place,  précisant qu’il ne servait à rien de se tirer dans les pattes ou de tirer la couverture sur soit.

« Un des points fondamentaux de ce texte (NDLR: adopté par le CNT) est la parité entre l’opposition et le pouvoir dans la composition,  le maintien de la société avec  3 postes  et l’administration avec 2 postes », aborde le président de l’UFD. Il dira par la suite  que  dans les textes reçus du CNT, on n’exclut pas les centristes.

« Le Centre n’est qu’une situation transitoire  entre le pouvoir et l’opposition. Mais malheureusement, cela fait deux jours que des compatriotes à nous, ont fait des déclarations fracassantes, décrétant que les opposants, ce sont eux. Nous avons pour principe depuis que le FDP existe, de ne pas nous tromper de cible. Notre cible  a été toujours et uniquement le pouvoir », regrette Mamadou Bah Baadiko.

Le Coordinateur du FDP estime que la sortie du Collectif et de l’ADP qui est à l’origine de leur réplique est déplacée. Et pour se faire entendre, sa réponse est claire. Il n’est pas question de recevoir des ordres de qui que ce soit. Surtout de ceux qui appartiennent aux deux blocs politiques.

 

« Nous sommes au regret de le dire haut et fort. Nous n’avons pas de leçon à recevoir d’un certain nombre de gens. Les gens qui ont été pétries dans la tradition dictatoriale et corrompues du PUP, qui ont été les acteurs zélés et connus de l’Arc-en-ciel. Nous savons l’action de ces éléments qui prétendent que nous ne sommes pas des opposants dans cette période trouble de l’histoire de la Guinée. Nous savons tous ce qu’ils ont fait  dans la période de transition pour empêcher la libre expression de ceux qui n’étaient pas de leur bord. Ceux qui ont toujours continué les pratiques dictatoriales, totalitaires et qui ont toujours été les ennemis de la démocratie », fulmine Baadiko.

 

Et d’ajouter : « Nous savons comment certains ont fait carrière sur des centaines de morts, des jeunes qui manifestaient contre le régime de Lansana Conté en 2007.  Ils ont échoué puisse qu’ils ont trahi des espoirs qui se plaçaient en eux, pour se lancer dans une conquête effrénée du pouvoir. Nous connaissons tous ceux qui on offert de façon incroyable leurs services  au CNDD qui les a refusés. L’ADP est une coalition qui est déclarée du Centre et de nombreux émissaires ont été envoyés auprès du Président de la République, mais apparemment, leurs ambitions n’ont pas été remplies. Ils se sont transformés immédiatement en opposants. Et voilà ce sont eux qui veulent donner des leçons. Nous ne  sommes pas des caméléons, chacun a le droit. Nous n’empêchons personnes de changer. Ils ne peuvent pas refaire leur passé. S’ils le veulent bien, ils peuvent faire leur avenir. Nous n’avons pas de leçon à recevoir d’opportunistes professionnels, des gens dont toute la carrière est bâtie dans le sang, dans la confrontation et dans le conflit. Nous avons une attitude raisonnable et respectueuse des règles de la démocratie et nous avons respecté les règles constitutionnelles de l’opposition. L’opposition ne peut pas se définir en nombre de coup de poing échangés dans les rues ou en kilomètres de manifestations ».

Sidiki Mara 
+224 63453095
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*