mercredi , 1 avril 2020
Flash info

Dominique de Villepin est en garde à vue

L’ex-Premier ministre est interrogé sur son intervention présumée dans l’affaire Relais et Châteaux.

Dominique de Villepin a été placé en garde à vue, mardi 11 septembre au matin, dans une caserne de la gendarmerie de Paris, boulevard Exelmans (16e arrondissement) selon une information du quotidien « Le Monde ». L’ancien Premier ministre était entendu par les gendarmes en charge du dossier Relais & Châteaux, pour une affaire d’escroquerie présumée, a indiqué une source proche de l’enquête.

Cette audition « était prévue et est en cours », a expliqué cette source, se refusant à préciser qu’il était entendu dans le cadre d’une garde à vue.

Vieille connaissance

Dominique de Villepin connaît bien l’ancien président de Relais et Châteaux Régis Bulot, 64 ans, mis en examen par des juges de Strasbourg pour abus de confiance, escroquerie en bande organisée et blanchiment. Une proximité racontée dans le détail dans une enquête du Nouvel Observateur.

Régis Bulot est notamment soupçonné d’avoir, entre 2002 et 2008, détourné 1,6 million d’euros, reversés en liquide par des fournisseurs à qui des prestations avaient été surfacturées.

Selon des retranscriptions d’écoutes consultées fin 2011, Dominique de Villepin aurait tenté de dissuader le nouveau président de l’association Jaume Tàpies, qui devait se porter partie civile, d’ébruiter une affaire judiciaire concernant son prédécesseur.

Après avoir déjeuné en janvier 2010 avec Jaume Tàpies, Dominique de Villepin s’est vanté par téléphone auprès de Régis Bulot d’avoir « fait (à ses interlocuteurs) une trouille dix fois au-dessus de ce qu’ils imaginaient ».

« Il y a une chose que je leur ai fait comprendre… c’est que s’il y avait un intérêt commun à la maison Relais et Châteaux, c’est que rien de tout ce qu’ils m’ont dit ne sorte jamais, ce dont ils sont convaincus », a encore dit celui qui ambitionnait alors encore de se présenter à la présidentielle.

Le matin même, Régis Bulot avait en prévision de ce déjeuner « remerci(é) » son ami « d’être ferme ».

Régis Bulot a reconnu ce système de surfacturations mais nie en revanche avoir mis en place un système de nuitées gratuites au bénéfice d’hommes politiques ou tout financement politique.

Selon les déclarations de Régis Bulot, Dominique de Villepin n’a en revanche pas bénéficié de détournements, que ce soit sous la forme de versements en liquide ou de séjours gratuits. Dominique de Villepin et son épouse ont notamment séjourné en 2005 dans un Relais et Châteaux en Martinique.

Ecroué après sa mise en examen, Régis Bulot avait été remis en liberté en juin 2012 après sept mois de détention provisoire.

Le Nouvel Observateur

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*