lundi , 10 décembre 2018

Après l’annonce de Lounsény Camara : l’opposition inflexible, la mouvance prudente

La décision de Lounsény Camara de se rétirer de la prochaine CENI constitue-t-elle une victoire pour l’opposition et par ricochet une défaite pour la mouvance ? Difficile de répondre à cette question par l’affirmatif. Tant les réactions sont biaisées de part et d’autre.

Depuis Charlotte où ils prennent part à la Convention démocrate, Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo pensent qu’il ne faut pas crier victoire trop tôt. Ils estiment que l’opposition doit maintenir la pression pour obtenir les autres points de revendication. Côté mouvance, on joue à la prudence.


Sidya Touré,
président de l’UFR : « Si on fait partir le président de la CENI c’est pour obtenir la recomposition de l’institution. Si ce n’est pas pour cela ça n’a aucun intérêt. Nous n’avons pas exigé de changer le président de la CENI pour rester dans le statu quo. Nous espérons faire quelque chose qui soit conforme aux lois et à la Constitution guinéennes. C’est-à-dire une recomposition paritaire, représentative, visible à tous les niveaux des démembrements ».

Saloum Cissé, secrétaire général du RPG : « Pour la démission de Loucény Camara, je ne peux rien dire. Je suis très loin de la Guinée. Je ne sais pas dans quelles circonstances il a démissionné et quelles sont ses contraintes, ou en tous cas ses aveux. Donc je ne peux pas les justifier. Alors je ne me détermine pas dessus. Mais ce que je sais c’est que c’est l’intérêt supérieur de la nation qui compte. »


Cellou Dalein Diallo
, président de l’UFDG : « Si Loucény Camara part définitivement de la CENI, il faut considérer cela comme la satisfaction d’une de nos revendications. Mais il faut déplorer le fait qu’il ait attendu si longtemps, et que le président Alpha Condé l’ait soutenu dans cette position. La Guinée a perdu assez de temps et beaucoup des opportunités. Cette décision aurait été prise plutôt, et peut-être ça aurait fait éviter beaucoup de choses. (…) Ceci dit, il reste d’autres revendications : il faut que le CNT s’empresse de reprendre les travaux sur la loi organique relative à l’organisation, composition et fonctionnement de la CENI conformément à l’article 133 de la Constitution. Et je pense que nous n’avons plus besoin des deux représentants de l’administration dans la nouvelle CENI que nous souhaitons tous paritaire ».


Naby Youssouf Kiridi Bangoura,
Porte-parole de la Présidence : « Je crois qu’il ne faut pas jeter l’opprobre sur Lousény Camara. Il a accepté volontiers de renoncer à être membre de la nouvelle Commission électorale nationale indépendante. C’est une décision courageuse et patriotique. C’est un geste courageux à saluer. Et il faut qu’on n’évite en Guinée de discréditer les gens fortuitement ».

Fatoumata Kéita
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*