mercredi , 11 décembre 2019

La Sierra Leone applique la « préférence nationale » en matière d’emplois

Le ministère du Commerce de la Sierra Leone a exigé mercredi des entreprises étrangères qu’elles appliquent la « préférence nationale » en employant en priorité des travailleurs locaux, ce qui n’est guère le cas actuellement.

Selon une circulaire, les employés locaux doivent représenter 20% de l’encadrement et 50% des postes intermédiaires.Quant aux postes subalternes, comme les chauffeurs, personnels de sécurité et secrétaires, ils doivent tous être occupés par des Sierra-Léonais.

« Il faut leur donner la priorité en matière d’emploi et de formation dans tous les projets conduits par des entreprises étrangères en Sierra Leone », stipule le document.

« Pour des postes qui ne sont pas occupés par des Sierra-Léonais, l’entreprise doit soumettre un plan de transfert de compétences prévoyant que des locaux soient sous la supervision d’un expatrié pour une période minimum de cinq ans », d’après le ministère.

Pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, au riche sous-sol, la Sierra Leone, qui continue à se reconstruire dix ans après la fin d’une décennie de guerre civile dévastatrice, connaît un taux de chômage très élevé.

Selon des statistiques du ministère du Travail, plus de 6.000 expatriés travaillent dans le pays, en majorité dans le secteur minier, l’exploration pétrolière, l’agriculture et le bâtiment.

La circulaire précise également que le système éducatif du pays devra adapter ses formations aux secteurs économiques en plein essor tels que « les mines, le pétrole, le gaz, la pêche et l’agriculture afin de former de la main d’oeuvre d’ici 2025 ».

 

AFP

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*