lundi , 22 juillet 2019
Flash info

La Coalition des femmes-filles de Guinée réagit aux propos de Dalein: « Dr Makalé parle et agit dans l’intérêt supérieur de la nation »

Dans une lettre en date du 22 août adressée au président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo, la Coalition des Femmes et filles de Guinée pour le dialogue et la consolidation de la paix s’indigne contre les propos de l’ancien Premier ministre quand il a qualifié Dr Makalé Traoré, présidente de la coalition,  de « recrue du pouvoir ».

COALITION DES FEMMES-FILLES DE GUINEE POUR LE DIALOGUE ET LA CONSOLIDATION DE LA PAIX


Conakry, le 22 août 2012

A Monsieur le Président de l’UFDG

Monsieur le Président,

Nous, les femmes et filles de la Guinée pour le dialogue et la consolidation de la paix autour du REFAMP guinée, venons par la présente vous exprimer notre regret mais surtout notre étonnement à la suite de votre déclaration lors de la conférence de presse le mardi 21 août 2012 animée par l’ADP et le Collectif des Partis Politiques pour a Finalisation de la transition.

Cette déclaration relayée par la radio Liberté FM a stigmatisé notre présidente, Dr Makalé Traoré, de manière injuste en la qualifiant de recrue du pouvoir, est une offense pour toutes les femmes et filles membres de la Coalition.

En effet, mobilisées depuis août 2011, nous nous investissons corps et âme auprès de toutes les composantes de la nation et des acteurs politiques y compris vous-même, leader de l’UFDG, afin de trouver une solution de sortie de crise pour notre pays.

La Coalition, constituée de 68 ONG féminines, est une organisation dont les membres, au-delà de leur appartenance politique, ethnique et religieuse, a décidé d’œuvrer pour le renforcement du dialogue et la consolidation de la paix.

Sa présidente, Dr Makalé Traoré, parle et agit au nom de cet ensemble et dans l’intérêt supérieur de la nation pour exprimer notre position collégiale. C’est ainsi qu’elle nous représentées au sein de la commission de concertation puis de synthèse des propositions de sortie de crise des institutions nationales, de la société civile, du patronat, des organisations de femmes et du conseil religieux.

Donc, l’offense qui est faite, l’est en direction de l’ensemble des membres de ladite coalition.
Par la présente lettre, nous vous exprimons toute notre indignation face à l’accusation faite à notre encontre.

Ceci constitue un préjudice à la crédibilité de notre organisation et de notre combat.
De ce qui précède, il est souhaitable que la vérité soit rétablie sous toutes formes possibles et cela par souci d’honnêteté intellectuelle.

Monsieur le Président de l’UFDG,

En votre qualité de leader, nous ne doutons point du fait que vous rétablirez la justice et la vérité.

Vous en souhaitant bonne réception, nous vous prions, Monsieur le président, d’agréer nos salutations cordiales.

La Secrétaire Générale
Hadja Mariama Déo BALDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*