vendredi , 28 février 2020

La Mission FMI-Banque mondiale félicite la Guinée pour son effort de coordination

M. Henri Snoek, chef de la mission conjointe Fonds Monétaire International- Banque mondiale (FMI-BM) n’a pas attendu un instant pour rencontrer les autorités guinéennes dans la salle de conférence du Ministère de l’Economie et des Finances ce samedi 21 juillet 2012 après son arrivée, vendredi, à l’aéroport international de Conakry-Gbessia.

Le Ministre de l’économie et des finances Kerfalla Yansané accompagné des Ministres de l’industrie et des petites et moyennes entreprises, du plan, du contrôle économique, du commerce et du Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée a, avant de donner la parole au chef de mission, rappelé le travail gigantesque réalisé par le gouvernement dans le cadre du respect des objectifs fixés par la mission conjointe.

M. Snoek a tout d’abord commencé par la présentation des membres de la mission conjointe. Dans cette démarche, le chef de la mission a fait savoir que nous abordons la fin d’un processus qui a commencé il y a longtemps. Dans cette vision, il a fait savoir que la situation était compliquée quand la mission quittait Conakry au mois de mai 2011. La cause évoquée à cet effet, dit-il, était le manque de coordination dans la gestion des affaires publiques qui, de nos jours, est marquée par une grande coordination pour l’atteinte des objectifs de l’initiative PPTE.

Dans cette logique, M. Snoek a réservé les questions d’ordre technique qui seront détaillées au cours des rencontres avec les services concernés. En ce qui concerne le prix des produits pétroliers, le chef de la mission a indiqué que la Guinée a bénéficié de la baisse du prix du baril de pétrole sur le plan international. Ce qui fait que, selon lui, 40 milliards de francs guinéens que la Guinée perdait à la fin de chaque mois est en baisse.

Parlant de la reforme structurelle, M. Snoek a précisé que de mars à juin, tous les objectifs sont atteints : l’élaboration d’un nouveau code minier, d’un nouveau code d’investissement qui seront déterminés dans la déclaration de la politique financière. Il a reconnu que beaucoup d’efforts ont été accomplis par la nouvelle autorité. Il s’est posé la question sur les objectifs de la SOGUIPAMI en rapport avec la gestion de la dette extérieure de la Guinée. Selon lui, la dette de la SOGUIPAMI n’est pas visible dans les statistiques économiques ni dans le tableau des opérations financières de l’Etat (TOFE). Pour lever l’équivoque, cette question de la dette de la SOGUIPAMI sera discutée avec la Banque Centrale.

En ce qui concerne le budget 2013, une discussion sur les grandes lignes budgétaires avec le Ministère délégué au budget, une revue du programme de facilité élargie de crédit (FEC) feront l’objet de discussion également.

Le nœud gordien de cet entretien était la dette de la Guinée pour bénéficier de l’initiative PPTE. Dans cette optique, le Chef de la mission conjointe a précisé que beaucoup d’efforts ont été réalisés par le gouvernement guinéen. A l’en croire, la préoccupation actuelle est le besoin d’un cadrage macroéconomique à long terme dans le contexte d’une évaluation conjointe FMI-BM. Donc, pas de marge de manœuvre : la Guinée doit sortir deux documents sur le point d’achèvement de l’initiative PPTE avant la fin de la mission qui seront présentés à Washington. Ce qui veut dire que les trois semaines seront déterminantes pour la santé de l’économie guinéenne.

Après l’analyse de l’intervention de M.Snoek, le Ministre de l’Economie et des finances a réaffirmé qu’il est relativement conscient du respect du calendrier.

Le Gouverneur de la Banque Centrale Lounsény Nabé a pour sa part précisé que les deux prêts de la SOGUIPAMI pendant le séjour de la mission n’ont pas été constatés dans le budget compte-tenu du retard constaté dans l’installation de la SOGUIPAMI.

Pour le Ministre des Mines Mohamed Lamine Fofana, son Département est entrain de travailler pour rendre le nouveau code minier beaucoup plus attractif et de demander au FMI de ressortir tous les aspects qui constituent un obstacle pour les investisseurs. En ce qui concerne la SOGUIPAMI, le Ministre des Mines a demandé à la BM de repréciser les objectifs de la SOGUIPAMI.

Le Ministre délégué au Budget Mohamed Diaré a, quant à lui, abordé la question du respect du calendrier budgétaire 2013 pour les Départements afin de s’accorder sur les grands axes du budget.

Le Ministre du plan Souleymane Cissé dans son intervention a fait remarquer l’élaboration d’un plan quinquennal et a profité de l’occasion pour demander à la mission les discussions pour l’opérationnalisation dudit plan.

Madame Ramatoulaye BAH, ministre de l’industrie et des petites et moyennes entreprises a rappelé les recommandations du dernier passage de la mission concernant la révision du code d’investissement qui n’était pas possible en si peu de temps. Car, selon elle, il fallait procéder d’abord à une revue générale concernant surtout les incitations fiscale et financière et revoir toutes les mesures qu’on appelle parfois coercitives. Elle a informé la mission que c’est au mois de mai que son Département a reçu une assistance technique importante de la société financière internationale (SFI) avec laquelle un plan d’action a été établi en vue de mettre en place une lettre de politique générale d’investissement qui n’existait pas en Guinée et qui sera disponible à la fin du mois de juillet. C’est donc les informations contenues dans cette lettre qui serviront de base pour la rédaction du futur code d’investissement. Un programme d’atelier de validation est prévu au mois de septembre prochain avec le secteur privé et le gouvernement. C’est après cet atelier de validation que le Gouvernement va approuver et le code sera adopté par l’Assemblée Nationale, représentée par le CNT au 31 décembre 2012, a renchéri le Ministre de l’industrie et des PME.

Enfin, le Ministre de l’Audit et du contrôle économique s’est réjoui de l’appréciation du chef de la mission par rapport à la coordination gouvernementale en terme de gestion des finances publiques. Dans cette logique, il a rassuré la mission conjointe que cette coordination sera renforcée. Car, soutient-il, un texte sera publié bientôt dans ce sens. Il a par ailleurs signalé que les services de son Département travaillent sur deux déclencheurs qui seront respectés à savoir l’audit trimestriel des marchés publics avec le Ministère des finances mais aussi la production et la publication des activités de l’agence nationale de lutte contre la corruption qui va participer à la réunion de travail avec la mission conjointe.

Pour la fin des travaux, le Chef de la mission conjointe a dit sa satisfaction quant aux efforts fournis au niveau de la gestion macroéconomique et celle budgétaire. Dans ce contexte, la discussion est engagée dans le cadre du développement du budget fin juin 2012, aussi dans le cadre de la politique monétaire et la reforme structurelle. Et de conclure qu’il un bon espoir pour la Guinée.

Amara N. CAMARA
Mediaguinee

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*