mercredi , 3 juin 2020

L’U.E prête à discuter du 10è FED avec la Guinée, mais pas avant le chronogramme des Législatives

L’Union européenne a réitéré vendredi sa volonté d’engager des discussions avec les autorités guinéennes sur le 10è FED. Mais pas avant la publication d’un chronogramme sur les élections parlementaires.

« Si dans les semaines qui suivent, les autorités compétentes arrivent à soumettre un chronogramme détaillé pour la tenue des élections législatives avant la fin de 2012, l’Union européenne pourra à l’automne de cette année enfin signer le document de stratégie pays avec la Guinée pour le 10è FED », a déclaré Philippe Van Damme, Chef de la Délégation de l’Union européenne à Conakry.

« Si les élections ont ensuite effectivement lieu de manière libre et transparente avant la fin de l’année, cela veut dire que nous devrons engager 174 millions d’euros, soit environ 1.500 milliards de francs guinéens, avant la fin de 2013, la date d’échéance du 10è FED », a promis le diplomate.

Van Damme s’exprimait à l’occasion de la signature d’une convention de financement de 5 millions d’euros entre l’UE et le gouvernement guinéen. Ce fonds vient s’ajouter à une enveloppe initiale de 6 millions d’euros débloqués il y a un an. Il s’inscrit dans le cadre du projet dénommé ‘’Facilité de coopération technique’’ et vise l’élaboration d’études et une assistance techniques devant favoriser l’identification, la formulation et le suivi de l’exécution des projets du 10è FED.

Selon les termes de la constitution, les élections législatives en Guinée devaient se tenir six mois après la prise du pouvoir par Alpha Condé pour parachever la transition politique amorcée après la mort du Général Lansana Conté en fin 2008.

L’opposition regroupée au sein du collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour la démocratie et le progrès, deux blocs politiques, ont organisé en vain des manifestations et des journées ville morte pour contraindre le pouvoir à organiser ‘’un scrutin transparent et inclusif’’. La Commission électorale nationale indépendante, l’institution chargée de l’’organisation du vote et le choix de l’opérateur de saisi restent quelques points de discordent.

Elie Ougna
contact@kaloumpresse.com
Kaloum Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*