samedi , 14 décembre 2019

Affaire 25 millions de dollars : une nouvelle bataille pour le contrôle des mines guinéennes !

L’effondrement d’une manœuvre opaque qui a tente de mettre en place une société minière nationale de plusieurs milliards de dollars invite a des récriminations à Conakry et en Afrique du Sud.La décision du gouvernement guinéen, cette semaine, pour annuler une offre faite par les hommes d’affaires sud-africains qui utilisent des connexions politiques de haut niveau, afin d’opérer la société minière nationale suite a la pression croissante des institutions financières internationales et des sociétés minières multinationales.

Le régime aurait mis le groupe dans une position privilégiée pour prendre une participation dans certains des actifs miniers des plus précieux dans le pays et jusqu’à 50% du capital de la compagnie minière nationale attendue. Sa première cible semble avoir été le fer de Simandou, dont le développement a été ravagé par des différends contractuels dans la dernière décennie (AC vol 53 n ° 4, Le pari pour Simandou).

Deux des hommes clés Sud africains liés au plan sont Walter Hennig et Mark Willcox. Tous deux ont travaillé sur des accords pétroliers avec magnat minier Dan Gertler au Congo-Kinshasa et Khulubuse Zuma, le neveu du président sud-africain Jacob Zuma.
L’action de Conakry intervient au moment où le gouvernement du président Alpha Condé lance un vaste examen des contrats miniers, en promettant un processus transparent, et responsable afin d’améliorer le climat d’investissement.

Des experts ont déclarés que le plan de Walter Hennig, basé sur les entreprises enregistrées dans les îles Vierges britanniques, ne correspond pas de manière satisfaisante a ces critères. Les US $ 25 millions de capital de démarrage pour la compagnie minière nationale n’a même pas été enregistrée dans les comptes nationaux, selon les sources du ministère des Finances.

L’idée d’une entité minière nationale forte est ressortie des discussions entre le président Condé et le financier George Soros.

Tout d’abord, Soros avait conseillé Condé sur un nouveau code minier, qui a été adoptée en Septembre 2011, par le Conseil national de transition, qui fonctionne comme un Parlement intérimaire jusqu’aux élections législatives ont lieu plus tard cette année. Soros a également suggéré que l’Etat guinéen prenne une participation de 15% gratuite dans des projets miniers, avec une option pour acquérir une participation supplémentaire de 20% au prix du marché. Pourtant, les associés de Soros insiste que sa proposition pour une société minière nationale aurait dû répondre aux plus hautes normes internationales de responsabilité et de divulgation de l’entreprise. Aucun détail du plan de Hennig a été partagé au public et il n’a jamais été discuté par le CNT.

Un billet d’entrée de 25 millions de dollars.

En Mars 2011, Hennig et ses associés ont signé plusieurs contrats avec des fonctionnaires guinéens. Le premier était un accord-curieux rédigé en vertu de laquelle Palladino Capital 2, contrôlée par Hennig, donnerait 25 millions de dollars afin de mettre en place une société minière nationale, la Société de patrimoine du Secteur Minier (SPSM). Le représentant local de Hennig, Samuel Mebiane a signé pour l’entreprise, et le ministre des Mines, Mohamed Lamine Fofana et le ministre des Finances Kerfalla Yansané ont signé pour le gouvernement.

Le contrat prévoyait que Palladino puisse prendre une participation pouvant atteindre 30% d’une filiale de la compagnie minière nationale, en cas de défaut du gouvernement sur le prêt. Curieusement, il n’existait aucune disposition dans l’accord sur la façon dont cette participation pourrait être valorisée. Une société minière en Guinée a décrit cela comme un «billet d’entrée» dans le secteur minier local.

Le ministre des Finances Yansané a dit a Africa Confidential que le contrat de prêt ne prévoyait pas de «convertibilité automatique» à une participation en capital dans le cas d’un défaut. Il a ajouté que la probabilité de Conakry de faire défaut sur le prêt été minime.
Toutefois, un associé de Hennig dansPalladino Capital, André Cilliers, a publié une déclaration le 20 Juin prétendant: «. Nous avons déjà depuis quelque temps poursuivi une l’action contre le gouvernement de la Guinée pour avoir manqué aux conditions de l’accord de prêt ».

La déclaration de Cilliers revendique que le gouvernement n’avait pas «réussi à démontrer que l’avance avait été utilisé pour financer la société minière guinéenne nationale selon les termes de l’accord de prêt. » L’accusation implicite de corruption provenant d’une entreprise telle que Palladino a agacé les responsables à Conakry, nous avons appris.

Le deuxième élément de la coentreprise proposée entre Palladino et la compagnie minière nationale était un accord-cadre en vertu duquel Palladino s’engagerait à attirer des investisseurs privés pour des participations dans des opérations minières.

Hennig a signé un accord cadre sur le nom de son entreprise de Floras Bell avec Fofana, le 13 Mars 2011, qui énonce les modalités des options exclusives qui seront offerts a floras Bell et Palladino pour des enjeux nationaux dans des entreprises des sociétés minières. L’accord ne fait aucune référence à des procédures d’évaluation ou d’appel d’offres concurrentiel, mais plutôt, elle a suggéré que toute décision sur les prix des actifs serait une affaire entre le ministère des Mines et Palladino.
Il ne fait aucun doute que l’accord offre des possibilités lucratives pour Hennig et ses associés.

Hennig de Palladino Holdings, enregistrée dans les îles Vierges britanniques, a une participation importante (au moins $ 20 milliond) dans une société d’investissement appelé l’Africa Global Capital (AGC) avec fonds d’investissement américain Och-Ziff (avec 100 millions de dollars en jeux ) et Mvelaphanda Holdings (5 millions de dollars en jeux), fondée par le candidat a la présidentielle Sud Africaine, Tokyo Sexwale. Willcox est le directeur général des deux structures, Mvelaphanda et ACG.

Lorsque Cilliers a envoyé une invitation aux entreprises à se joindre a Palladino, le 30 Mars 2011, les personnes contactées ont dit qu’ils avaient eu l’impression qu’un groupe bourrée de cash/liquidités comme Och-Ziff et Mvelaphanda Holdings avait déjà signé l’arrangement.

«Pourquoi la Guinée établi une entreprise minière d’Etat pour ensuite le remettre à une société sud-africaine? » Demandé à l’un.

Dans une interview avec Africa Confidential, Willcox insiste sur le fait que ni Sexwale, ni Mvelaphanda Holdings a été directement impliqué dans l’entreprise guinéenne. Il a dit qu’il s’agissait d’une «grande opportunité» et qu’il n’avait pas de problèmes avec la probité des structures mises en place par Palladino. Willcox et Hennig sont associés en affaires de longue date. Les associés de Wilcox rapporte qu’il avait été enthousiasmé au sujet des possibilités énormes en Guinée.

Toutefois, nous entendons que quelques-unes des grandes compagnies minières en Guinée, comme Vale du Brésil et l’anglo-australien Rio Tinto et BHP Billiton, avait lancé leurs propres enquêtes sur le plan Palladino et soulevé des préoccupations au sujet des responsables. «Nous voyons ici opérer les mêmespersonnes et le même modèle qui a permis au neveu de Zuma de ramasser le bloc de pétrole de Tullow Oil au Congo et de le remettre à Dan Gertler – il y a donc des gros pressentiments là-bas», a déclaré un expert minier qui a préféré rester anonyme.
La semaine dernière, Condé a présidé à une réunion du cabinet au cours duquel il a été décidé de mettre fin à l’accord conclue avec Palladino.

Il semble qu’il était convaincu que l’opacité de l’opération pourrait saper les efforts de son gouvernement visant à restructurer le secteur minier avec des garanties pour les gros investisseurs. Plus précisément, nous entendons qu’il était inquiet que Palladino pourrait compromettre l’accord de la Guinée de réduire sa dette avec la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, et ainsi mettre en péril les 200 millions de dollars de crédit, en négociation avec le Fonds.

Il était, cependant, dans l’intention du gouvernement de faire face à la situation tranquillement en remboursant le prêt en entier et en informant uniquement Hennig que ses services n’étaient plus requis.

Cependant, les nouvelles de la rupture avec Palladino a émergé par hasard lors d’un séminaire du FMI à Conakry le 18 Juin. A la veille de la visite officielle de Condé au Brésil, la Malaisie, la Thaïlande et la France, Le ministre des Finances Yansané dit lors d’une rencontre devant des hommes d’affaires et des banquiers qu’une réunion des ministres extraordinaire a décidé d’annuler le contrat avec Palladino et de rembourser les 25 millions de dollars de prêt immédiatement.
Ceci place Palladino et Hennig sur l’offensive, affirmant que Conakry avait déjà fait défaut sur le prêt et ne pouvait pas offrir une réponse satisfaisante aux demandes de renseignements sur la façon dont le prêt a été utilisé.

«Notre impression est que le gouvernement ne semble pas avoir la volonté de structurer la compagnie minière nationale d’une manière transparente. »

L’affaire Palladino se transforme rapidement en une bataille politique pour le gouvernement quelques mois avant les élections parlementaires. Les partis d’opposition, soutenue par des organisations de la société civile, critiquent la structure secrète du contrat, qui disent-ils est en contradiction avec l’éthique du nouveau code minier. Certains politiciens de l’opposition accusent que l’argent de Palladino se serait glissé dans les fonds de la campagne électoral.

Jusqu’à présent, les ministres ont refusé de contre-attaquer ou de répondre aux insinuations de Palladino sur la corruption.

Le 20 Juin, Yansané a dit que le gouvernement avait contracté les 25 millions de dollars de prêt l’an dernier lorsque sa cote de crédit étaittrès faible et qu’il n’avait pas d’alternative, mais étant donné le succès de la Guinée du « programme de restructuration rapide», il était logique de mettre fin à l’accord conclue avec Palladino et de rembourser un prêt dont les conditions n’étaient plus jugé favorable ». Mais il est peu probable que ce soit le dernier mot sur cette affaire.

Source : Africa Confidential

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*