mercredi , 20 mars 2019

Finances – affaire 13 milliards GNF : le syndicat « prie » que les innocents soient relâchés

La Fédération syndicale du ministère de l’Economie et des Finances et de celui délégué au Budget a invité vendredi 22 juin, le ministre Kerfala Yansané à mettre tout en œuvre pour que la lumière soit faite dans la tentative de détournement de 13,6 milliards de francs guinéens. L’affaire a déjà entrainé la révocation par décret présidentiel de 9 fonctionnaires et plantons.

C’est à la faveur d’une cérémonie en l’honneur M. Yansané, récemment désigné Ministre de l’Economie et des Finances d’Afrique par le magazine African Bankers, que les travailleurs du département, tous d’un commun accord, derrière leur syndicat, ont attiré l’attention de leur patron sur la gestion du dossier.

Devant son ministre de tutelle Yansané, le ministre délégué au Budget Mohamed Diaré, le gouverneur de la Banque centrale Lounsény Nabé et bien d’autres membres du cabinet, le secrétaire général de la Fédération syndicale, Malick Camara, a d’abord rappelé que les « désagréments » survenus ces derniers temps dans ce département ne s’y sont jamais produits auparavant.  De ce fait, il a formulé la prière que la « lumière soit faite afin que les innocents soient relâchés et les coupables punis ».

Dans son raisonnement, le syndicaliste a déploré que la culpabilité des accusés soit établie avant même le jugement. En outre, il a regretté que les mis en cause soient désengagés de la fonction publique avant que le scandale ne soit tiré au clair par la justice.

Répondant à ces préoccupations qui frôlent des reproches, Kerfalla Yansané indiquera qu’il n’est pas juge. Il a seulement reconnu avoir donné des instructions pour que justice soit faite. « La vérité va se manifester. J’étais en voyage. Tout ce que j’ai fait, c’est de donner des instructions pour que ces faits soient sanctionnés jusqu’à la dernière énergie (…). Sur les 13 milliards de francs guinéens, 3 milliards étaient sortir. Aujourd’hui, seuls 500 millions de francs guinéens sont compromis », a dit Yansané, applaudi timidement par les travailleurs de son département.

Second signataire de l’accord Palladino, affaire sur laquelle il a refusé tout commentaire, Kerfala Yansané, a invité à la solidarité et au sérieux. « Faisons confiance à la justice pour que les innocents soient élargis et que ceux qui ne souhaitent pas travailler dans les normes soient expulsés. Il semblerait qu’il y a un réseau de cadres qui ont travaillé comme ça pendant longtemps ». Et Yansané de promettre de nouvelles mesures. « Nous allons renforcer les procédures et règles».


Elie Ougna
Kaloum Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*