dimanche , 25 octobre 2020

Affaire 30% des mines guinéennes: La société sud-africaine Palladino dément The Sunday Times!

Le pétard mouillé du Sunday Times provoque l’ire de la société Palladino Capital qui menace de traduire en justice le journal anglais. Dans un communiqué de presse transmis à Mediaguinee, Palladino Capital a refuté les accusations du quotidien britannique The Sunday Times selon lequelles elle a « conclu des accords avec le

gouvernement guinéen en vue d’obtenir 30 pour cent des actifs miniers appartenant à des entreprises privées ». Donc, une odeur de flagrant delit de mensonge… Mediaguinee vous propose, en intégralité, ledit communiqué de presse. EXCLUSIVITE!

COMMUNIQUE DE PRESSE: Palladino Capital réfute les accusations au sujet des 30% (de la Société nationale des mines guinéennes)


La déclaration suivante a été communiquée aujourd’hui aux médias par Palladino Capital


Des articles de presse récemment publiés ont allégué que notre société a conclu des accords avec le gouvernement guinéen accordant le droit à notre entreprise d’obtenir 30% des actifs miniers appartenant à des entreprises privées en cas de défaut de paiement sur un prêt de 25 millions de dollars USD que nous avons consenti.


L’allégation d’une telle clause en cas de défaut de paiement et les insinuations contenues dans certains de ces articles sont totalement sans fondement. A l’instar d’un certain nombre d’institutions, notre société a joué un rôle mineur en aidant depuis 2010 le gouvernement de Guinée avec la restructuration de son secteur minier, la création d’une société nationale des mines de Guinée, l’examen de certains contrats conclus avant l’élection du premier président démocratique élu, Son Excellence M. Alpha Condé.


Notre société a accepté, à la demande du Gouvernement guinéen, de fournir le financement à long terme devant permettre à la Société nationale des mines guinéennes de poursuivre son objet social. L’accord de prêt – qui a été dûment signé par les ministres guinéens des Finances et des Mines suite à de longues négociations – ne fait aucunement référence à une disposition quelconque de ce genre ou qui pourrait provoquer l’appropriation par notre société de 30% des actifs privés ou nationaux. Toute allégation d’une telle clause en cas de défaut de paiement est complètement incorrecte.

En outre, nous tenons à souligner que le Gouvernement de Guinée et notre société ont négocié ces accords de bonne foi et de manière totalement transparente avec la participation de tous les ministres concernés, qui ont veillé à ce que les clauses de l’accord soient équilibrées, conformes à la loi guinéenne, tout en garantissant que les intérêts de la République de Guinée restent protégés.


Notre société n’a aucun lien d’affaires ou autres avec le président Condé et compte contester toute allégation de ce genre, y compris devant les tribunaux compétents.


Publié par Chris Vick, Black Communication Consultancy, Johannesburg, Afrique du Sud, au nom de Walter Hennif, Palladino Capital


Traduction: Mediaguinee


…………………………………………………………………………………………………

Palladino Capital refutes ‘30% appropriation’ claimhl

The following media statement was issued today by Palladino Capital:

Some recently published  articles have alleged that our company has entered into arrangements with the  Government of Guinea that would allow our company to receive 30% of mining  assets belonging to private companies should the Government default on a $25  million loan provided by our company.

The allegation of a default clause — and the accompanying innuendos
contained in some of these articles – is totally baseless.

Our company, like a number of other  organizations, played a minor role in assisting the Government of Guinea since  2010 with the restructuring of its mining sector, the creation of the Guinean  National Mining Company and the review of some transactions entered into before  His Excellency Mr. Alpha Condé became the first democratically elected president  of Guinea.

As part of such  cooperation our company has agreed to provide, at the request of the Guinean  Government, long term financing to be used by the Guinean National Mining  Company in furtherance of its corporate purpose.

The loan agreement — which was duly  executed by the Minister of Finance and the Minister of Mines of Guinea  following extensive negotiation – has no reference to any default provision  which would or could result in the appropriation by our company of 30% of  private or national assets.  Any allegation of such a default provision is  completely incorrect.

In  addition, we would like to emphasise that the Government of Guinea and our  company negotiated these arrangements in good faith and in a totally transparent  manner with the involvement of all Ministers concerned, who have ensured that  the transactions are balanced, compliant with Guinean law and that the interests  of the Republic of Guinea remain protected.

Our company has no business or other connection with President Conde and will vigorously challenge any such allegation, including before any relevant  courts of law.

Issued on behalf of Walter Hennig,  Palladino Capital  by Chris Vick, Black communications consultancy,  Johannesburg, South Africa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*