lundi , 9 décembre 2019

Peuvent-ils vraiment être de bons complices à la tête d’un même pays ?

S’il est reconnu que les présidents Alpha Condé et Mahamadou Issoufou affichent une bonne complicité, entretenue et encouragée par leur passée dans la de la Fédération des Étudiants d’Afrique Noire en France et leur courant politique, International Socialist, il est cependant difficile de deviner la nature et la durée de la relation que les deux ex-camarades  de la FEANF développeraient s’ils étaient tous deux président et co-président de la Guinée.

Après la désignation d’Alhassane Ouattara comme son ‘’Conseiller économique’’ et Blaise Compaoré comme son ‘’Jeune frère par l’âge, mais aîné de 20 ans par l’exercice du pouvoir’’, le président guinéen Alpha Condé vient de trouver un poste pour Mahamadou Issoufou. Il l’a désigné ‘’Co-président’’ de la Guinée. Il reste clair que ce poste de Co-présidence est fictif comme celui de Ouattara puisque n’existant ni sur le papier ni dans la Constitution guinéenne. Mais Alpha Condé s’est même laissé aller à un petit commentaire accompagné d’un sourire. « Il peut démettre ou nommer un ministre ».

S’il est avéré que ce sont des blagues, on les doit surtout au fait que le président guinéen, en face de ses homologues, utilise souvent de l’humour pour détendre l’atmosphère.

On se souvient le 21 décembre 2010 au Palais du peuple de Conakry, lors qu’il interrompt son discours de prestation de serment pour présenter ses excuses aux invités. « Vous voyez qu’il fait chaud dans la salle, faisant croire à mon ami Mahamadou Issoufou qu’il est à Niamey au Niger. Cela montre l’ampleur du travail à réaliser en Guinée ».

Fatoumata Kéita
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*