vendredi , 5 juin 2020

Le Collectif et l’ADP rejettent l’interdiction d’Alhassane Condé, appellent à la mobilisation

Le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour le Développement et le Progrès (ADP) viennent d’annoncer leur intention de braver l’interdiction faite par le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation de tenir toute manifestation à caractère politique en Guinée.

Dans une déclaration rendue public à Conakry, le porte-parole des deux blocs politiques, Aboubacar Sylla, par ailleurs président de l’Union des Forces du Changement a condamné la mesure, estimant que la liberté de manifestation et de cortège est un droit garanti par la constitution. « L’ADP et le Collectif rejettent cette interdiction et la considère comme nulle et de nul effet. Ils dénient à tout fonctionnaire public le pouvoir d’amender la Constitution en modifiant les dispositions », a-t-il dit.

Selon M. Sylla, les deux alliances, jugées à tort ou raison de radicales par la mouvance présidentielle, réaffirment leur détermination à poursuivre leur programme de manifestations et confirment que seules des avancées significatives dans la satisfaction de leurs légitimes revendications pourraient en modifier le déroulement.

« L’ADP et le Collectif exigent, une fois de plus, la libération immédiate et sans condition de tous leurs militants et sympathisants incarcérés illégalement depuis le 10 mai dernier et soumis à des traitements inhumains et dégradants. (…) L’ADP et le Collectif demandent au Peuple de Guinée de demeurer mobilisé pour défendre ses acquis démocratiques afin de faire de notre pays un véritable état de droit et une nation réellement solidaire et prospère. »


Ougna Elie
Kaloum Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*