vendredi , 15 novembre 2019

Le GIABA encourage la CEDEAO à s’impliquer davantage dans lutte contre le blanchiment d’argent

Le groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent (GIABA) en Afrique de l’Ouest a organisé vendredi 1er juin la 5ème édition de la Journée portes ouvertes à Conakry sous le thème ‘’Sensibilisation de la jeunesse sur la lutte contre  le blanchiment d’argent et financement du terrorisme (LBC/FT)’’.  Cette journée de sensibilisation a été conjointement placée sous l’autorité de la CEDEAO  et du GIABA.

Selon le correspondant national du GIABA en Guinée, Mamadou Talibé Diallo, cette journée porte ouverte vient à point nommer, quant on sait qu’elle se tient à la veille  de l’évaluation mutuelle de la Guinée. Il a expliqué la mise en place d’un comité technique  international de suivi des activités du GIABA qui sera composé des ministères en charge de la sécurité et de la protection civile, de l’économie et de la justice. Il a aussi fait cas de l’élaboration du décret portant organisation et fixant les règles de fonctionnement de la cellule nationale de traitement des informations financières(CENTIF).

La directrice ajointe Elisabeth N’daye Diawo a félicité la Guinée pour l’adoption de la loi contre le blanchiment d’argent, la mise en place d’un correspond national, et sa participation à toutes les rencontres du comité ministériel de GIABA. Elle a toutefois encouragé Conakry à procéder à la l’adoption de la Loi contre le financement du terrorisme,  et à mettre en place la cellule nationale d’analyse, de traitement de l’information  financière chargée d’analyser le cas de blanchiment d’argent. Mme Diawo a invité tous les Etats à tout mettre en œuvre pour combattre ces fléaux qui ont des conséquences néfastes sur la stabilité du système financier et du processus de développement des pays en voie de développement en général.

Enfin, le ministre de la Justice et Garde des sceaux, Me Christian Sow, a déclaré que le GIABA  a réalisé d’important progrès en organisant des programmes de sensibilisation sur les effets néfastes du blanchiment d’argent et du financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest. « Le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, la prolifération des armes de destruction font des crimes et  nécessitent des efforts concertés et une synergie d’actions entre les différents acteurs », a conseillé le ministre de la Justice. Avant d’inviter l’ensemble des acteurs impliqués dans ce combat à mieux informer les jeunes des effets de ces fléaux sur les économies des Etats.

Notons que, le GIABA a été crée par  les chefs d’Etats  et de gouvernement de la communauté  économique des États  de l’Afrique de l’Ouest, pour protéger les économies des États membres contre les abus, les détournements et le blanchiment d’argent. A ce titre, il a pour objectif de renforcer  les capacités des  États membres. Et d’apporter  son appui aux institutions techniques afin  d’assurer la supervision  nécessaire de la lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme (LBC/ FT). Et de renforcer la législation pertinente.


Sidiki Mara
+224 63453095
Kaloum Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*