samedi , 17 août 2019

Opportunisme et trahison : le premier ministre renvoyé

Saïd Fofana vient d’être renvoyé et exclu de son parti GPT, pour trahison et opportunisme. L’information a été balancée par Niamy Diabaté, vice-président de ce parti. Il est soupçonné de velléités de déstabilisation du GPT au profit du RPG-arc-en-ciel.

L’opportunisme du Premier ministre est mis  à rude épreuve, par le parti  qui l’a choisi  et pressenti à ce poste. Sur une liste de cinq Premiers ministrables. Depuis qu’il a été catapulté à ce strapontin  très nourricier, où  les maigres profits tombent de temps à autres, il se contente plutôt  de satisfaire son employeur et son mentor.

Il n’assiste ni aux réunions restreintes, ni aux assemblées générales. Pire, l’actuel Premier ministre Saïd Fofana (donné pour partant au prochain remaniement  ministériel qui promet d’être  sismique), bat campagne  pour le parti au pouvoir (RPG-arc-en-ciel). Au grand dam de son GPT dont le leader, Kassory Fofana, rechigne, à juste raison, à se fondre comme du beurre  dans l’Arc-en-ciel. Selon Niamy Diabaté, « il  essaye de détruire notre base à Forécariah mais il ne parviendra jamais. Aujourd’hui il combat le parti qui l’a fait devenir Premier ministre. Je confirme qu’il est exclu de toutes les structures du GPT, pour ne jamais y revenir », affirme Niamy Diabaté. D’après lui, sa formation politique  n’est pas un auxiliaire du pouvoir. « Nous ne sommes pas de la mouvance présidentielle. Le président Kassory Fofana l’a dit depuis longtemps  parce qu’il n’est pas question  de fondre le GPT dans le RPG. Nous avons toujours  gardé  notre identité ».  Pour Diabaté, le chef du gouvernement  est un opportuniste. «  C’est un manque de conviction, dit-il, il ne doit se confondre à un homme ordinaire qui fait  campagne, a-t-il déclaré, il devrait s’occuper des actions du gouvernement. Il n’est pas un  homme structuré, martèle-t-il ».

Selon lui, Saïd Fofana a été  choisi  comme Premier ministre dans une liste  de cinq personnes proposée au chef de l’Etat par la Coordination de la Basse Côte. Actuellement, la Basse côte  est l’objet d’une chasse gardée à des politiques entendent  convoiter ce vivier électoral. Au deuxième tour de la présidentielle de 2010, elle aurait largement contribué à la victoire du candidat du RPG d’alors, Alpha Condé. Quelques mois après, des cadres comme Kassory Fofana avaient ouvertement exprimé leur  refus de fondre leur parti dans le RPG, au profit du parti-Etat que se voulait le RPG-arc-en-ciel.

Le Défi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*