lundi , 17 juin 2019

Saloum Cissé dans ses troubles habituels

Le Défi // L’actuel secrétaire général du RPG Arc-en-ciel ne semble pas aller dans le même sens que le chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé dont il contredit les nouvelles dispositions par rapport à la date des prochaines législatives.

En effet, le président Alpha Condé, après consultations de certains leaders politiques de l’opposition, a rejeté la date fixée par Louncény Camara de la CENI et Alhassane Codé du Matap.

Curieusement, dans une déclaration tirée par les cheveux, le secrétaire général de la grande alliance utopique, lui, affirme que la date n’est pas rejetée. Cette confusion qui est propre à Saloum Cissé semble ne plus rassurer.

Même s’il n’est pas surprenant que la CEN de Louncény Camara  et le Matap de Alhassane Condé entretiennent, depuis longtemps une étroite complicité qui  d’ailleurs, justifie la méfiance de l’opposition dite radicale par rapport à la crédibilité des prochaines législatives.

Le RPG qui vient de fondre comme du beurre, dans une alliance n’a-t-il pas perdu de ses dimensions nationales, par le fait que cet ensemble crée de toutes épaves, pour dissuader l’adversaire et tromper le pouvoir, reste  une grande coquille vide.

Les prochaines élections le confirmeront, mais pour l’instant, Saloum Cissé reste une préoccupation, un mauvais repère pour les membres du RPG dont la plupart se demandent comment le parti, sous une telle responsabilité, pourra-t-il se tirer d’affaire. Saloum est-il vraiment au parfum de l’actualité, d’où tire-t-il le maintien de cette date, quand le chef de l’Etat, lui-même dans une déclaration rendue publique trouve la situation imparfaite sur le terrain, pour décider de quoi que ce soit ? Cette tentative de diversion à laquelle recourt Cissé est loin de lui redorer le blason, surtout que, depuis le départ de Mohamed Diané de ce poste de secrétaire général du part, le vide n’a pu être comblé.

Friand de retrouvailles grandioses et de discours controversés, Saloum Cissé est devenu, par la force des choses, le gardien du temple hanté, un homme sans stature politique, malgré cette apparence de bon Samaritain, qu’il incarne, prêt à faire profiter de ses largesses.

Le siège du parti est presque abandonné, les nouveaux responsables n’ayant ni les moyens de leur politique, ni la courtoisie de bien accueillir les quelques militants qui s’y rendent, pour demander de petits services. Les promesses sont servis à tous, mais sans espoir de se tenir. A dire vrai, le RPG Arc-en-ciel est aujourd’hui confronté à un problème de leadership et Alpha Condé le sait.

C’est dire qu’une élection en ce moment ne profiterait pas au parti du pouvoir. Même si cette menace d’aller vite aux législatives est toujours brandie,  moins pour dissuader l’adversaire que pour voiler la crainte d’y aller.

Le Défi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*