mardi , 20 novembre 2018

Jean-Marie Doré ne veut plus de Loucény à la Céni!

Le secrétaire général de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) Jean-Marie Doré a déclaré, lundi, face à la presse, que Loucény Camara, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Céni), a rajouté à la crise politique que traverse la Guinée.

Pour l’ancien Premier ministre de la transition, « il ne faut pas faire en sorte que Loucény apparaisse aux yeux du président comme une valeur supérieure à la valeur de la paix civile guinéenne ». Extraits choisis par nos confrères de Guineenews…

« (…) Dès que le professeur Alpha Condé a prêté serment, plusieurs membres de la CENI ont viré au RPG-Arc-en-ciel. (…) »

Affaire CENI

« Le président de la CENI a aggravé cette petite impasse. Il a dit qu’il n’a même pas besoin de partis politiques pour organiser les élections. Ça ! Ce n’est pas normal. Loucény c’est mon parent, je l’aime beaucoup mais, je condamne le fait qu’il ait dit qu’il n’a pas besoin de partis politiques pour organiser les élections. Il ne faut pas faire en sorte que Loucény apparaisse aux yeux du président comme une valeur supérieure à la valeur de la paix civile guinéenne. On peut le nommer ministre, ambassadeur, conseiller à la présidence. Mais, qu’il ne soit plus la pomme de discorde qui nous distrait et nous éloigne de l’essentiel. Il est bon que Loucény Camara aille organiser les élections dans son village ».

« WAYMARK est disqualifiée. Il faut faire venir la SAGEM »

« Il faut qu’on arrête ce simulacre de révision et de recensement. On m’a beaucoup reproché le fait que le gouvernement de la deuxième phase de la transition a conclu des contrats de gré à gré. Maintenant, tout se fait de gré à gré. Y compris avec WAYMARK. On nous avait vanté tous les mérites de WAYMARK or, les productions que nous avons déjà par expérience sur le terrain, il fait enregistrer à peine cinquante à soixante électeurs par jour. La SAGEM fait au minimum cent cinquante. WAYMARK est disqualifiée. Il faut faire venir la SAGEM ».

« Je demande à l’opposition de ne pas attacher les charrues avant les bœufs »

« Je demande à l’opposition de ne pas attacher les charrues avant les bœufs. Je déplore vraiment le résultat des marches. Tous ces blessés-là, sont le résultat de la méfiance instinctive qui s’est instaurée entre le gouvernement et les acteurs ».

Mediaguinee (avec Guineenews)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*