lundi , 9 décembre 2019

Report des législatives : Une décision qui obéit à la recherche du consensus !

Le chef de l’Etat n’a pas jugé nécessaire de signer le décret appelant ses compatriotes aux urnes à la date du 8 juillet. Une décision qui obéit certainement à la recherche d’un minimum de consensus autour des préparatifs de ce scrutin censé sortir la Guinée de ce long processus de transition.

Le président Alpha Condé n’a finalement pas convoqué le corps électoral comme le stipule la loi électorale 70 jours avant tenue du vote, vu les retards accusés par la CENI dans les préparatifs  des élections législatives. Et selon un communiqué du bureau de presse de la présidence  de la république relatif  à cette décision, Alpha Condé aurait toujours affirmé qu’il ne convoquerait par décret le corps électoral, que lorsque seront réunies toutes les conditions pour la tenue d’une élection transparentes, crédible et équitable.  C’est le samedi dernier que ce décret devait être pris. C’est ainsi qu’à la veille  de cet acte majeur devant engager la vie de  la nation, le président de la République a multiplié les rencontres avec l’ensemble des acteurs électoraux et des partenaires techniques et financiers. Une démarche destinée à échanger autour des préoccupations qui entourent la mise  en place  d’un chronogramme électoral efficace.  Des préoccupations  qui sont entre autres la non finalisation du transfert  de la totalité des données alfa numérique et bio-numérique de la société SAGEM vers le nouvel opérateur  de la révision  des listes électorales, Waymark, le retard dans le déroulement  dans les meilleurs délais d’une révision exceptionnelle de la liste électorale sur toute l’étendue du territoire national.

Au cours des différentes audiences qu’il a accordées aux diplomates accrédités en Guinée ainsi qu’aux acteurs politiques, le président  de la République, aurait rassuré ses interlocuteurs de sa volonté de veiller  personnellement à ce que toutes les conditions soient  réunies pour que les prochaines élections permettent le renforcement et la pérennisation des institutions démocratiques dans notre pays. Dans la foulée, il a invité la CENI à renforcer le dialogue avec les partis politiques et de tenir compte de tout point de vue qui favorise la transparence et l’équité.  Quant aux partis politiques, Alpha Condé  leur demande pleine participation des opérations et à la réalisation des opérations électorales, dont la plus urgente est la révision des listes électorales.  Aux partenaires techniques et financiers, Monsieur le président de la République souhaite un soutien diligent pour que toutes les conditions soient réunies pour la tenue  d’un scrutin exemplaire.

Les populations en âge de voter ont été également invitées par le chef de l’Etat à participer pleinement  à la révision des listes électorales, étape indispensable à la participation effective à l’élection. De nombreux observateurs tout  en percevant de façon positive, ce report, souhaitaient que la démarche obéisse à la recherche  d’un consensus devant amener les acteurs  impliqués dans ces élections à s’accorder sur un chronogramme. Qui soit une fois réaliste comme l’a suggéré Alpha Condé lui-même. Pourvu que cela ne cache pas des manœuvres destinées à permettre simplement au président de la CENI de mieux saper le processus électoral.

Le Démocrate

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*