dimanche , 20 janvier 2019

Interdit de fêter le 1er Mai à Matam, Yamoussa Touré parle d’un recul démocratique

Yamoussa Touré a qualifié mercredi de « recul démocratique » le refus des autorités guinéennes de le laisser célébrer la fête du 1er Mai avec ses supporters dans la commune de Matam, en banlieue de Conakry.

Joint par Kaloumpresse, Yamoussa Touré qui dispute la président de la plus vieille centrale syndicale du pays, la CNTG, avec Amadou Diallo, a déclaré que ses manifestations syndicales prévues à l’esplanade de la mairie de Matam ont été empêchées par les forces de l’ordre. Il voit derrière cette interdiction, la main du ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Alhassane Condé et le Maire de la commune de Matam.

« La Guinée n’a pas encore reçu la démocratie », a déclaré le syndicaliste, ajoutant que « les décideurs politiques continuent à poignarder l’Etat de droit dans son dos ».

« C’est déplorable pour notre pays que la loi et la liberté syndicale soient bafouillées au pied », a ajouté Yamoussa Touré dans une interview téléphonique avec notre rédaction.

Poursuivi pour « vol, coups et blessures volontaires, destruction d’édifice public » au Tribunal de première instance de Kaloum, sur une plainte d’Amadou Diallo, M. Touré semble perdre le terrain au profit de son rival  Diallo, qui, à l’inverse, s’affiche de jour en jour comme l’interlocuteur direct pour le pouvoir et la communauté syndicale internationale.

Elie Ougna
Kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*