mercredi , 24 avril 2019
Flash info

Le dissident chinois Chen Guangcheng interpelle Wen Jiabao

L’avocat aveugle Chen Guangcheng, farouche critique des excès de la politique de l’enfant unique en Chine, a confirmé vendredi s’être échappé de son domicile, où il était assigné à résidence, dans un appel au premier ministre Wen Jiabao diffusé sur Internet.

Dans ce message d’une quinzaine de minutes, Chen, la voix chargée d’émotion, demande au chef du gouvernement que sa famille soit épargnée et livre les noms de plusieurs responsables locaux ayant infligé des mauvais traitements à sa femme, son fils et lui-même. « Cher premier ministre Wen, je me suis finalement échappé, je peux prouver que toutes les rumeurs qui circulent sur Internet et que les abus dont j’ai souffert sont réels », dit Chen, qui se tient devant une fenêtre dont le rideau est tiré, avant d’énoncer trois demandes : « Que les criminels soient sévèrement punis, en conformité avec la loi », demande-t-il d’abord, évoquant diverses violences, notamment contre sa femme « battue pendant plus de dix heures » par une dizaines d’hommes, « dont aucun ne porte d’uniforme officiel ».

Chen demande ensuite « la garantie de la sécurité des membres de [sa] famille, pour lequels il redoute des représailles maintenant qu’il est ‘libre' ». L’avocat autodidacte demande enfin à Wen Jiabao « de punir la corruption en conformité avec la loi », en évoquant les cas de responsables locaux du gouvernement et de la justice.

ÉVADÉ LE 22 AVRIL

Chen, malgré le handicap de sa cécité, a pu s’enfuir dimanche dernier au nez et à la barbe des dizaines d’hommes de main du régime qui l’empêchaient depuis la fin 2010 de sortir de son domicile de la province du Shandong, ont annoncé des défenseurs des droits de l’homme, indiquant qu’il se trouvait désormais dans un endroit « 100 % sûr » à Pékin. « Il a pu sortir de chez lui le 22 avril et ses amis […] l’ont conduit en lieu sûr, en dehors de sa province du Shandong », a indiqué Bob Fu, militant vivant aux Etats-Unis en contact régulier avec Chen. Cette information a été confirmée par un autre activiste, lui installé en Chine.

Devenu aveugle à la suite d’une maladie d’enfance, Chen, juriste autodidacte, avait été libéré de prison en septembre 2010 après avoir purgé une peine de plus de quatre ans de réclusion. Surnommé l' »avocat aux pieds nus », il s’est battu notamment contre les pratiques abusives de stérilisation de milliers de femmes et d’avortements tardifs et forcés.

Dans une vidéo clandestine tournée le juriste avait dénoncé en février 2011 ses conditions d’assignation à résidence. Le document avait été diffusé par une organisation de défense des droits de l’homme, China Aid Association, après l’avoir obtenu d’une « source gouvernementale fiable ».

Le Monde et AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*