dimanche , 20 janvier 2019

Sidya Touré : « Ce serait fait injure à la France que de parler d’ingérence dans les affaires intérieures des pays où la France est intervenue»

Le Président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré,  est en France où il a participé à l’atelier de l’IMP sur le thème « La France et les printemps africains ».

Dans la salle Gaveau aux 45-47 rues de la Boétie, dans le 8ième arrondissement de Paris, autour de Jean François Copé, secrétaire Général de l’UMP, l’ancien Premier ministre guinéen était présent, de même que les représentants du RDR d’Alassane Ouattara et de l’Alliance pour la République de Macky Sall.

A Matam, fief de Sidya Touré, on croit fermement que son invitation à cette rencontre est une « reconnaissance qui prouve suffisamment que l’UFR et son leader continuent à s’affirmer au-delà des frontières guinéennes ».

Dans un discours de quatre pages, l’ancien chef de gouvernement sous Conté a donné son point de vue sur le thème de la rencontre intitulé, «La France et les printemps africains ». Selon Sidya Touré, ces printemps africains, trouvent leurs origines l’arbitraire, l’injustice, la corruption,  la tyrannie sur fond de misère. Il situe l’origine de ces mouvement de protestation dans les années ‘’90’’ avec le Mali du général Moussa Traoré.

Mais pour M. Touré, le plus fondamental, qu’il s’agissent des révolutions en Tunisie, en Libye, en Egypte ou du rétablissement de la démocratie en Côte d’Ivoire, est qu’il il existe un fil qui les relie les unes aux autres. « Celui de l’aspiration profonde des peuples de ces différents pays à la démocratie, à la liberté et à la justice », dit-il.

Sidya Touré arrive à la conclusion selon laquelle, la démocratie n’a pas été imposée de l’extérieur. Et pour lui, dire que la France s’est ingérée dans des affaires intérieures des Etats africains serait une injure.

« Plus que jamais, le besoin de démocratie se ressent partout sur notre continent. Il faut s’en féliciter. (…) Là, ma réponse est sans ambiguïté, la France est allée au devant de ce désir de démocratie qui se manifeste, en soutenant, en accompagnant tous les pays qui ont fait le choix de la démocratie. Elle l’a fait au nom des valeurs qu’elle a toujours défendues, valeurs qui ont pour nom démocratie, liberté, justice, fraternité, valeurs qui font d’elle une grande Nation. Elle l’a fait également parce que la France porte une ambition qui va au-delà de ses intérêts immédiats, avec la pleine conscience des responsabilités qui sont les siennes. La France n’est pas n’importe quelle Nation. Elle a une vocation internationale. Sa voix porte. (…) Dès lors, ce serait fait injure à la France que de parler d’ingérence dans les affaires intérieures des pays où la France est intervenue pour faire triompher les valeurs auxquelles elle croit. (…)Il est indéniable que le Président Nicolas SARKOZY est celui qui a le plus incarné sans complexe ce volontarisme ».

Fatoumata Kéita
Kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*