dimanche , 16 juin 2019

En route pour les législatives: L’opposition estime tenir 70% de l’électorat, le pouvoir se vente d’avoir le soutien de 40 partis !

La question de savoir quelle est la situation actuelle du paysage  politique est effectivement la bienvenue avec les différents  bouleversements. En effet, avec le bras de fer qui  est  engagé depuis quelques semaines entre le pouvoir  et l’opposition par   des meetings interposés, il  serait  intéressant de faire le point  de la  situation. L’analyse des chiffres est basée sur les résultats  du premier tour  de la  Présidentielle du Dimanche 27 juin 2010.

La Guinée, depuis les premières  élections pluralistes, n’a jamais  été en mesure de produire  des résultats  crédibles  lors d’élections successives, tout simplement parce que le pouvoir en place  était partie prenante desdites élections. Avec le gouvernement  de transition, on peut dire que les chiffres du premier tour de la présidentielle peuvent être considérés comme crédibles. C’est la raison pour laquelle ma projection des législatives peut se faire partir  du poids électoral de chaque parti  sur le paysage politique national.

Nous avions, juste après le premier tour, la composition  de deux alliances qui se sont formées autour. Les uns sont partis sous le  drapeau  de Cellou  Dalein Diallo et les autres sous la coupole d’Alpha Condé, seul Boubacar Barry du PNR avait décidé d’observer une certaine neutralité.

Voici  donc la configuration de ces deux Alliances : Après  les résultats  du second tour, l’installation de Alpha Condé, et à travers la gestion des uns et celle des autres, les alliances  du premier tour  ont pris des directions différentes. En effet, les déceptions  des uns ont permis  le renforcement des autres. Les promesses non tenues et les dérives dictatoriales du nouvel homme fort du pays ont  entraîné  des changements au sein  de l’Alliance qui a porté  Alpha Condé au pouvoir. Si certains des soutiens se sont juste mis un peu en retrait  par rapport à cette gestion  du pouvoir  comme Papa Koly  Kourouma  et Jean Marc Téliano, il faut reconnaître  que d’autres ne veulent tout simplement  plus rester sous la coupe  de RPG. C’est le cas de Kassory Fofana  et Mamafou Sylla entre autres. Mais, celui qui est le plus engagé à combattre  cette alliance  présidentielle est bel et bien Lansana Kouyaté. La seconde raison  de la réserve de ces leaders envers Alpha Condé, en dehors  des promesses non  tenues, reste  la volonté clairement  affichée du RPG à vouloir absorber coûte que coûte  tous les partis  de cette alliance  sous une seule  bannière, celle du RPG/ Arc-En- Ciel. Mais, il y a des leaders « rebelles » qui veulent  exister  en dehors de toute fermeture, surtout dans la perspective des prochaines législatives. C’est ainsi que nous avons  eu une  nouvelle  configuration  qui affaiblit  forcement l’Alliance RPG/ Arc-En-Ciel. Cela, nous donnons ce qui suit: vous constaterez avec mou que la nouvelle configuration du paysage politique n’est pas du tout  à l’avantage du RPG/ Arc-En-Ciel. En effet, cette Alliance passe d’un  potentiel de 38,66% à 22, 13%  avec le départ  clair de Lansana Kouyaté,  la non décision de Papa Koly Kourouma  et Jean Marc Téliano  de rejoindre  le parti RPG/Arc-En-Ciel.

C’est vrai qu’il y a beaucoup  d’interrogation  autour de ces deux derniers leaders, des centristes issus du dernier  dialogue  et qui  sont  considérés  comme un embryon  du pouvoir. Mais, une  chose reste  claire, les deux  leaders de la  forêt  ont l’intention de suivre au-delà  du parti RPG/Arc-En-Ciel. En effet, la seule  raison d’être de ces deux leaders  est de se démarquer d’Alpha Condé  et de sa  politique  parce que l’électorat  de la forêt ne comprendrait  pas cette intégration malgré  la politique  d’Alpha Condé au détriment  de la forêt. C’est  deux leaders donc ont intérêt à jouer à fond  leurs  scores  du  premier tour en cherchant  à obtenir   des députés sous leur  bannière à eux.

A l’inverse, l’opposition passe elle de 60,54% à 67,39% grâce  à l’arrivée de Lansana Kouyaté. Cela sonne plus  de crédibilité à la thèse qui veut que cette opposition  est plus proche des 70%  de l’électorat du premier  tour  que me pouvoir  ne peut se venter  d’avoir le soutien de 40 partis.

Si cette configuration  se confirme  en gardant à l’esprit que  rien n’est figé dans du  béton, Alpha Condé aura des problèmes e, Moyenne Guinée pour  des raisons  que tout le monde  connaît, il en aura en Basse Guinée avec Sidya Touré, Abé, Fodé Soumah et une bonne  partie  du PUP, il  en aura en forêt  avec la non adhésion  automatique  de Papa Koly Kouroula  et Jean Marc Telliano et il en aura bien  entendu  en Haute Guinée par la présence de  L ansana Kouyaté.

Dans cette configuration, il faut  reconnaître  qu’en  tout état de cause, il serait  difficile  pour le pouvoir  actuel de  croire en la possibilité quasi  nulle  pour le  RPG/Arc-En-Ciel  de prétendre mettre la main  sur  la majorité  des députés à la prochaine Assemblée Nationale dans des conditions requises de transparence.


Source : L’Observateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*