samedi , 19 octobre 2019

Coleyah : l’opposition tient son meeting sans incidents, dans un stade à moitié vide

Le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès ont finalement tenu ce samedi leur meeting d’information à l’endroit de leurs militants sans heurts avec les forces de sécurité.

Il y a eu plus de peur que de mal. Très tôt ce matin, la police et la gendarmerie s’étaient déployées dans les principaux carrefours de certaines communes de Conakry. Enco5, Cosa, Bambéto et Hamdallaye pour l’axe Le Prince, aéroport, Bonfi, Kénien pour l’autoroute, et Constantin, Coleyah, Résidence 2000 pour la corniche sud étaient marqués par une impressionnante présence des forces de maintien d’ordre.

C’est à 9h que les militants des deux blocs ont commencé à rallier le stade de Coleyah. Munis de pancartes sur lesquelles on lisait : « Lounsény Camara, dégage ! » ; « Élections transparentes, gage de paix ! » ; « Non au bourrage d’urnes ! » ou encore « Pas d’élections avec une CENI sous ordre, annulez Siguiri et Kouroussa ! ». Sous un soleil de plomb, les militants et sympathisants de la trentaine de partis qui forment les deux blocs politiques brulaient d’impatience de voir leurs leaders. L’atmosphère était tout simplement bon enfant. Il importe cependant de noter qu’ils étaient moins nombreux pour l’occasion que ceux habituellement mobilisés par l’UFDG seule certains samedis à son siège à la Minière.

C’est à 12h08mn que les leaders de l’ADP et du Collectif, avec Lansana Kouyaté à leur tête, ont fait leur entrée dans l’enceinte du stade à moitié vide. Un bref tour d’honneur avant qu’ils ne s’installent dans la tribune.

Mouctar et Sylla : « Le début du commencement »

Dans son discours de bienvenue, le PPC, parti signataire de la demande de manifestation a indiqué que le projet tire son origine dans le fait que la Guinée vit des jours sombres à cause ‘’du manque de vision politique du président Alpha Condé et de son incapacité à diriger le pays’’.

Le président de l’Union des Forces du Changement, Aboubacar Sylla, pour sa part a ajouté que le meeting avait pour but d’attirer l’attention des militants sur les enjeux des législatives et la fraude électorale qui serait en préparation.  »Nous voulons que vos voix ne soient pas détournées au profit d’un autre. Nous sommes dans un pays où l’administration et la justice sont aux ordres », a-t-il dit, soutenu par un tonnerre d’applaudissements. Selon le président de l’UFC qui fait office de porte-parole des deux alliances depuis quelques semaines, ce meeting n’est qu’un début. Il croit même que la prochaine manifestation connaitra la présence de plus de militants que cette fois.

Le plus jeune des opposants Mouctar Diallo n’ira pas aussi du dos de la cuillère. Estimant qu’ils ont pu mobiliser plus que le RPG qui, il y a une semaine, n’a pu mobiliser que moins de 200 personnes à l’héliport de Belle-vue, le patron des Nouvelles Forces Démocratiques a averti que ce meeting est un essai. ‘’C’est la fumée, le feu est derrière’’, a-t-il dit.

Pour l’ancien ministre de l’Elevage, le combat va continuer d’autant que plusieurs centaines de Guinéens sont morts pour l’avènement de la démocratie en Guinée. ‘’Le RPG est expert dans l’art du mensonge, mais il faut qu’on se mobilise pour arrêter ce pouvoir communiste d’Alpha Condé. Il a interdit la vente de riz aux paysans et les ventes des parcelles aux populations de Kaloum. Peut-être que demain il va demander qu’on ne prie plus dans les églises et mosquées’’. Sous les acclamations de la foule.


Lansana Kouyaté : « Non à la dictature »

Le président du Parti de l’Espoir pour le Développement National a également invité l’assistance à se mobiliser pour combattre le système Alpha Condé. Il a fustigé la cherté de la vie et le refus du pouvoir de tenir un dialogue franc et sincère sur la CENI et le fichier électoral. ‘’Nous disons non à la dictature. Soyez sûrs que nous n’accepterons pas l’inacceptable’’, a-t-il affirmé en s’adressant à leurs militants.

En langue maninka, il a fait une revue de la misère vécue par les Guinéens depuis l’avènement du pouvoir Condé, avant de formulé quelques bénédictions pour le peuple de Guinée.

Sidya Touré : « Alpha Condé me surprend, nous devons rester vigilants, le truquage se prépare »

De son côté, Sidya Touré a rappelé que l’objectif de leur présence dans ce stade poussiéreux était d’exiger le respect de leur droit le plus élémentaire qu’est celui au vote. Chemin  faisant, il s’est dit plus surpris que quiconque quant à l’attitude adoptée par son ancien compagnon de lutte politique, Pr Alpha Condé. ‘’Parmi tous ces leaders, je suis celui qui ne comprend rien en l’attitude du président Alpha Condé. Pendant 10 ans, je suis avec lui et nous avons parlé de l’avènement de la démocratie en Guinée à Abidjan, Paris etc. Quelqu’un qui dit avoir consacré 40 ans de sa vie au combat démocratique  et qui dit avoir combattu Conté pendant 25 ans fait appel à tous les voleurs auprès de lui’’, a déploré le président de l’UFR. Il s’est également dit étonné d’entendre le pouvoir dire qu’il attend la majorité parlementaire pour travailler alors qu’il a ‘’l’unanimité du CNT depuis 15 mois’’ sans aucun résultat. ‘’C’est un régime qui ne peut pas donner des résultats’’, a-t-il conclu, appelant leurs supporters à la vigilance et à la sagesse sur le chemin de retour.

 

Cellou Dalein Diallo : « La désillusion pour les Guinéens »

Le discours de la fin a été livré par Cellou Dalein Diallo. Le leader de l’UFDG a remercié les militants pour leur courage à braver l’intoxication et l’intimidation qui ont prévalu, dit-il, avant le meeting. Il a déploré une confiscation des libertés fondamentales par le pouvoir en place. Selon lui, le président Alpha Condé est en train de confisquer les acquis obtenus durant les combats des années antérieures. Il a invité l’assistance à se lever car le moment est particulièrement critique. Dalein a invité leurs militants à se mobiliser pour le respect de l’ordre démocratique et la réconciliation des Guinéens. ‘’Nous pensions que le combat pour la liberté était terminé avec l’élection d’Alpha Condé. Nous pensions que le combat serait pour le développement économique, la réconciliation et pas celui des libertés fondamentales. Vous et nous leaders sommes déçus car Alpha Condé n’a aucun souci du respect de la dignité humaine. Il faut l’en empêcher ainsi que sa Commission électorale nationale indépendante’’.

 

Elie Ougna

+224 64 72 33 96

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*