mardi , 18 décembre 2018
Flash info

Meeting du samedi 24 mars à Bonfi : la confirmation

Le meeting d’information et de sensibilisation qui devrait avoir lieu le samedi dernier au stade de bonfi se tiendra bel et bien au même lieu, ce samedi 24 mars prochain à partir de 9 heures. C’est du moins ce qu’a annoncé les organisateurs de cet évènement, c’est-à-dire le collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’ADP (Alliance pour la Démocratie et le Progrès). C’était au cours d’une conférence de presse que cette opposition dite radicale a tenu ce mercredi à la maison des journalistes à Coléah.

Le porte parole de l’ADP, président de l’UFC (Union des Forces du Changement), Aboubacar Sylla affirme que le courrier adressé aux autorités municipales de Matam a été déposé à temps et que malgré tout, ces autorités ont démenti cela. C’est le PPC ( Parti du Progrès et du Changement), membre du collectif qui a adressé ce courrier au maire de Matam.

Sylla  insiste sur le fait que cette lettre a  bien été reçue par les autorités de cette commune.

« Tout parti allié au collectif ou à l’ADP peut faire la demande au nom de son appartenance à l’un des blocs politiques. Donc, il n’y a pas de problème à ce niveau. Nous ne faisons pas de différence entre les partis politiques. Il n’y a pas de petit parti ou grand parti… », renchérit El Hadj Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG.

Mais cette opposition revient à la charge pour dire qu’elle déposera la lettre d’information même si elle avait été déposée afin que leur meeting se tienne le samedi prochain. Cette fois ci par voie d’un huissier de justice, précise Lansana Kouyaté, président du PEDN.

Le collectif et l’ADP comptent engager des poursuites judiciaires contre madame le maire de la commune de Matam et le haut commandant de la gendarmerie nationale, Ibrahima Baldé pour des accusations graves tenues à l’endroit des leaders de l’opposition.

Parlant d’affrontement au niveau du siège du RPG sis à Hamdallaye, Aboubacar Sylla souligne que le cortège de l’opposition a été victime de jets de pierres de la part des militants de ce parti qui s’y trouvaient à cet endroit. Ce qui, poursuit le patron de l’UFC, créé la panique puis des accidents qui ont fait de nombreux blessés graves.

Le président du PEDN, Lansana Kouyaté a tenu à signaler que les incidents qui ont eu lieu au cours de ce meeting raté ont suscité des réactions à l’intérieur du pays. Il cite le cas de Kouroussa où des motos de son parti ont été cassés, mais à ce niveau, il dit que le commanditaire avait été arrêté et emprisonné pour une journée. Et qu’à Banankoro, les femmes du RPG s’attaquaient à celles du PEDN. Là aussi, il signale que la situation a été vite calmée par le sous préfet.

Il faut noter que les leaders du collectif et de l’ADP étaient au grand complet à cette rencontre.

L’opposition rassure qu’elle mènera toutes les démarches administratives afférentes conformément aux lois et règlements en vigueur pour la tenue de ce meeting.

La question que l’on se pose est de savoir si le pouvoir en place également prendra toutes les dispositions nécessaires pour sécuriser ce meeting. Cela, afin qu’il ne dégénère pas.

Tamtamguinee.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*