dimanche , 16 juin 2019

Guinée-Bissau: Second tour nécessaire pour la présidentielle, crainte de violences

 

L’ex-Premier ministre de Guinée-Bissau Carlos Gomes Junior est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle du 18 mars devant l’ex-président Kumba Yala qui, avant la publication mercredi des résultats officiels, avait demandé avec d’autres l’annulation d’un scrutin « frauduleux ».

 

Cette demande fait craindre des violences dans ce pays d’Afrique de l’Ouest au passé tumultueux depuis son indépendance du Portugal en 1974.

Carlos Gomes Junior, du parti au pouvoir, arrive en tête avec 48,97% des voix, suivi du principal opposant Kumba Yala (23,36%), de Manuel Serifo Nhamadjo (15,75%)) et d’Henrique Rosa (5,4%), selon la Commission nationale des élections (CNE). Le taux de participation a été de 55%.

Mardi, MM. Yala, Nhamadjo (dissident du parti au pouvoir) et Rosa (indépendant), ainsi que deux autres candidats, ont réclamé l’annulation du scrutin, qu’ils affirment être entaché de « fraudes ».

Les neuf candidats qui étaient en course ont 48 heures pour déposer leurs recours à la CNE qui va ensuite disposer d’un temps similaire pour les examiner avant de transmettre ces résultats officiels provisoires à la Cour suprême qui doit les valider à une date indéterminée.

« Nous rendons la CNE responsable des conséquences de la publication de résultats électoraux frauduleux » et « de ce qui va arriver dans le pays », avait déclaré mardi M. Yala, au nom de cinq candidats qui ont réclamé l’annulation du scrutin.

Le premier tour de la présidentielle, organisée pour remplacer Malam Bacaï Sanha élu en 2009 et décédé de maladie en janvier, s’était déroulé dans le calme, mais avait été terni par l’assassinat le soir même du colonel Samba Djalo, ex-responsable des services de renseignements militaires à Bissau.

Un mauvais présage pour un pays de 1,6 millions d’habitants dont l’histoire depuis près de quarante ans est jalonnée de coups, tentatives de coups d’Etat militaires et autres violences politiques.

« Normal que les gens aient peur »

La Guinée-Bissau est en outre devenue ces dernières années une plaque tournante du trafic de drogue entre l’Amérique du Sud et l’Europe, au point d’être qualifiée par des analystes de « narco-Etat », certains de ses responsables étant répertoriés par les Etats-Unis comme « barons de la drogue ».

Les candidats qui ont dénoncé des fraudes ont mis en avant, pêle-mêle, listes électorales occultes, fausses cartes d’électeurs, doubles votes, lieux de vote fictifs, déplacements illégaux d’électeurs et de matériel électoral.

Le camp de M. Gomes Junior, de Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), a « catégoriquement » rejeté ces allégations de fraudes.

Fafali Koudawo, politologue, a déclaré à l’AFP que « quand sur neuf candidats, cinq se prononcent pour une annulation, c’est qu’il y a crise. Dans ce genre de cas, les voies de recours sont des voies légales », mais « la Guinée-Bissau a déjà un passé de réclamations non abouties ». « C’est normal que les gens aient peur, on connaît les chaînes des violences ici », a-t-il ajouté.

Le scrutin avait été jugé « libre, équitable et transparent » par les observateurs de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), de l’Union africaine (UA) et de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP).

Ceux de l’UA avaient toutefois souligné que l’élection avait été organisée « sur la base du fichier électoral de 2008, ce qui n’a pas permis un toilettage nécessaire » des listes « et la prise en compte d’une frange de la population, notamment les jeunes ayant atteint l’âge de voter ».

AFP

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*