mercredi , 11 décembre 2019

Pr Alpha Condé aux pêcheurs : « Plus question de se foutre de l’Etat avec les budgets fantaisistes »

Le président de la République a rencontré mercredi les acteurs de la pêche artisanale et industrielle en Guinée, pour discuter des problèmes qui assaillent leur filière. Cette rencontre qui se tenait une semaine après celle des agriculteurs a permis à Alpha Condé de se faire une idée de la gestion qui prévaut dans ce secteur, et d’avancer quelques parts de vérités.

A l’ouverture des débats aux cases de Belle-Vue dans la commune de Dixinn, débats qui se sont déroulés dans une atmosphère très tendue entre pro et anti Moussa Condé ‘’Tata Vieux’’ (ndlr : ministre de la pêche), le Chef de l’Etat a tenu apporter une précision. Il a déclaré qu’il n’est pas un pêcheur. A ce titre, a-t-il ajouté, il est venu pour écouter les acteurs en vue de permettre au gouvernement de mieux élaborer une politique sectorielle de la pêche. Mais il a affirmé que le premier pas a déjà été effectué par son pouvoir pour la régulation du domaine à travers l’augmentation des taxes imposées aux pêcheurs clandestins. Ces pénalités passent désormais de 15.000 $US à 500.000 $US. Une mesure qui, selon lui, vise à mettre un terme au banditisme dans les eaux territoriales guinéennes.

Tour à tour, les responsables ou porte-paroles des associations ont dépeint leurs secteurs d’interventions, caractérisés par un manque de camions frigorifiques, une surexploitation des ressources halieutiques, la pollution des zones côtières par des plastiques. Ils ont en outre évoqué l’ensablement des lits des fleuves, le manque de crédit approprié, l’insuffisance de moteurs hors-bords, la faible maîtrise des techniques piscicoles et le mauvais traitement des marins dans les navires de pêches chinois.

Pour une modernisation du parc piroguier artisanal et l’amélioration de la performance du secteur, chacun y est allé de toutes ses propositions, chiffres à l’appui.  Ainsi, la pêche artisanale a fait état d’un besoin de 84 milliards 700 millions de francs guinéens, celle industrielle, environ 17 milliards de francs guinéens, la pisciculture, 13 milliards 300 millions de francs guinéens. Les mareyeuses ont déclaré au président, dans un français approximatif, avoir un besoin de financement estimé à 52 milliards de nos francs tandis que les acteurs de la pêche continentale ont soumis un budget prévisionnel de 50 milliards de francs guinéens. Enfin, ils ont tous souhaité la détaxation du carburant.

Dans une atmosphère surchauffée où supporters du ministre de la pêche et leurs adversaires se répondaient par micro interposés, devant un Alpha Condé qui, de temps en temps, se laissait aller à un sourire amusant, le refrain évoqué à l’unanimité aura été un soutien massif aux Rassemblement du Peuple de Guinée aux prochaines élections législatives, avec ou sans les sous demandés. Ceux qui fustigent le monopole dans la fourniture des matériels de pêche et une ‘’politique clanique’’ du ministre Moussa Condé et leurs collègues qui pensent qu’il est le ‘’plus excellent » des ministres du département de la pêche, ont promis de donner leurs voix et celles de leurs communautés respectives au chef de l’Etat aux prochaines consultations électorales.

Mais le président Alpha Condé, bien qu’ayant besoin de cet électorat, s’est montré ferme sur les décaissements dans le futur. Il a prévenu que l’Etat ne fera plus de décaissements sur le base de ‘’budgets fantaisistes’’. Selon lui, tout fonctionnaire qui sera pris en délit de surfacturation sera radié et jugé conformément à la loi. ‘’Faites très attention. Il ne sera plus question de se foutre de l’Etat’’, a conseillé Pr Alpha Condé.

Pour clore, le chef de l’Etat a annoncé la mise en place d’une commission chargée d’analyser les propositions faites. Il a d’ores et déjà promis de discuter avec la gendarmerie de la sécurisation des  débarcadères et des sites comme Kénien où les femmes mareyeuses sont régulièrement victimes d’actes de banditisme et d’agression.


Elie Ougna
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*