vendredi , 19 avril 2019
Flash info

Affaire Kounkou Mara : la gendarmerie présente ses excuses et promet de garantir la liberté de la presse

Le Haut Commandant de la Gendarmerie nationale, Général Ibrahima Baldé a présenté vendredi ses excuses à la presse nationale suite à l’agression de Kounkou Mara, journaliste au groupe de presse Le Lynx – La Lance le lundi 17 février par des gendarmes en fraction à la BCRG.

On se souvient ce jour, alors que la consœur se rendait dans la salle de conférence de l’institution pour participer à un débat organisé par le gouverneur Louncény Nabé à l’occasion des 52 ans d’existence de la monnaie guinéenne, elle avait été molestée par les gendarmes pourtant habituellement apprécié en Guinée pour leur attitude jugée responsable par rapport à celle des militaires.

Au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée aujourd’hui au Conseil National de la Communication, la gendarmerie nationale a reconnu le tort commis par ses agents. « Dès que le Haut Commandant de la Gendarmerie nationale, Directeur de la Justice militaire a été saisi de cet incident qui est de nature à saper la liberté de la presse des instructions fermes ont été données et les éléments mis en cause ont été aussitôt mis à la disposition de la Direction des investigations judiciaires pour des fins d’enquête », a indiqué la gendarmerie dans sa lettre adressée au CNC, dont des copies ont été distribuées aux journalistes. « Le Haut Commandement de la gendarmerie nationale réaffirme sa volonté de garantir la liberté de la presse en Guinée sans compter celles des libertés individuelles ».

En réponse, Kounkou Mara, très émue, a indiqué que le pardon ne lui était pas uniquement destiné mais à toute la presse. Elle toutefois déclaré : « Au nom du CNC, des associations de presse et des journalistes de la Guinée, je voudrais accepter le pardon et demander à mes collègues journalistes aussi de pardonner. »

Pour conclure, la présidente du Conseil National de la Communication a appelé les gendarmes à oublier l’affaire mais surtout à veiller que de telles situations déplorables ne se reproduisent plus.

Fatoumata Kéita
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*