samedi , 14 décembre 2019

Jour de deuil national ne signifie pas forcément jour férié

Le gouvernement a décrété mercredi la journée du vendredi 9 mars « Jour de deuil national » suite à l’accident de la circulation survenu en fin de semaine dernière à Morybadou dans préfecture de Beyla.

Le Premier ministre Mohamed Said Fofana, a dans un communiqué lu sur les antennes de la RTG, invité les Guinéens à faire de cette journée celle de prières à la mémoire des 50 victimes enterrées dans une fosse commune.

Mais dans un pays comme la Guinée, où les travailleurs du secteur public aiment chômer, le communiqué pourtant clair fait l’objet de diverses interprétations.  La majorité pense que la journée a ainsi été décrétée fériée, chômée, payée sur toute l’étendue du territoire. Puisqu’elle coincide d’ailleurs à un vendredi, tous les arguments sont réunis pour une absence programmée.

Joint par téléphone ce soir par la rédaction de Kaloumpresse, le ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement a précisé. « Il ne s’agit pas d’une journée fériée. Il s’agit de mettre les drapeaux en berne et  laisser les hommes de Dieu prier dans les églises et mosquées pour les personnes disparues dans le tragique accident », a-t-il dit.

 

Elie Ougna

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*