mercredi , 24 octobre 2018

Mouctar Diallo de NFD : « L’opposition n’acceptera pas l’organisation d’une mascarade électorale »

A l’annonce de la date des législatives par le président de la CENI jeudi 1er mars, Mamadou Mouctar Diallo, président des Nouvelles Forces Démocratiques a tenu à donner son point de vue que Kaloumpresse.com fait le devoir de publier intégralement.

« L’opposition est plus pressée à la tenue des législatives, mais nous voulons des élections propres pour respecter la volonté du peuple et garantir la paix en vue d’assurer le développement de la Guinée.

Le Président Alpha Condé avait dit lors de sa rencontre avec certains leaders politiques, le 15 novembre dernier – que j’avais qualifiée d’ailleurs de théâtre- que la date des législatives sera fixée de commun en accord avec la classe politique. Et voilà que nous apprenons par les médias la date prévue pour les législatives !

La date n’est pas la plus importante pour le moment parce que ces élections législatives devaient être organisées depuis longtemps. Selon la constitution, elles devaient être organisées dans les six (6) mois qui suivaient son adoption. Si jusqu’à présent, elles ne sont pas organisées c’est parce que le gouvernement a voulu gagner du temps pour mettre en place son système de fraude avec la complicité des certains commissaires de la CENI. Donc pour nous, ce qui est plus important c’est la création de conditions de transparence et de crédibilité pour que les résultats des urnes reflètent la volonté exprimée des électeurs. Et pour cela, il y a des préalables dont le premier est la restructuration de l’organe chargé d’organiser ces élections qui est la CENI ou tout au moins sa recomposition. Car cette CENI qui avait montré ses limites lors des présidentielles était contestée par l’ensemble des acteurs politiques dont le RPG, actuellement au pouvoir. Et donc pour la crédibilité du processus électoral et l’acceptation des résultats qui en seront issus, il faut nécessairement une nouvelle CENI techniquement apte et moralement crédible. C’est c’est qui va garantir l’acceptation des résultats et la paix après les élections. C’est cette nouvelle CENI qui va proposer une date en concertation avec l’ensemble des acteurs politiques.

Par ailleurs, ce chronogramme fixée par la CENI ne respecte pas les conclusions du « dialogue » qui avait prévu qu’avant l’audit  qu’un cabinet qu’elle a choisi doit élaborer les termes de références de l’audit qui devaient bénéficier  de l’accord de la classe politique. Ensuite, sélectionner une firme suite à un appel d’offre pour réaliser la révision. C’est à partir de ce moment qu’on peut savoir quelle est la firme compétente pour réaliser la révision et quel sera le délai nécessaire pour cette opération.


En plus, les Guinéens vivant à l’étranger doivent participer au vote. la loi leur donne ce droit car ils sont des guinéens à part entière et surtout qu’ils contribuent activement et efficacement au processus de développement de leur pays et donc ils doivent se prononcer sur leurs représentants à l’Assemblée nationale.

Sans compter que cette date est une période de grandes pluies en Guinée surtout en région forestière où plus de 90 pour cent des populations seront occupées aux travaux champêtres. Et beaucoup de zones  à l’intérieur seront inaccessibles par la détérioration des routes à cause des fortes pluies.

En tout cas, l’opposition n’acceptera pas l’organisation d’une mascarade électorale ».

Mouctar Diallo
Président de NFD
Depuis Dakar 00 221 773288073

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*