lundi , 23 septembre 2019

Gaoual: le préfet et son sécretaire général accusés de corruption

Les mauvaises pratiques dans la gestion des affaires publiques notamment, la corruption, les arnaques, les intimidations, les rançons, le trafic d’influences, les arrestations arbitraires, la détention illégale et prolongée des citoyens, persistent encore dans la préfecture de Gaoual, malgré la volonté de changement prôné par le président de la République, Pr Alpha Condé, a constaté un reporter de l’AGP de passage dans la localité.

De source concordantes, le préfet, Dr Ibrahima Barbosa Soumah et son secrétaire général chargé des Collectivités Décentralisées, M. Ibrahima Aliou Diallo, seraient à la base de ces pratiques qui sont généralement exercées sur les cadres de la préfecture, les élus locaux et les opérateurs économiques.

Ces deux responsables sont aussi accusés d’exercer des pressions sur les cadres et les élus locaux dans l’optique de les rallier à la cause du parti au pouvoir en perspective des élections législatives, communales et communautaires.

Dans la sous préfecture de Koumbia par exemple, l’autorité préfectorale aurait reçu une somme de trente millions de francs guinéens (30.000.000 GNF) des mains d’un citoyen, afin de porter ce dernier à la tête de la commune rurale de cette localité, a-t-on révélé.
Les populations de Gaoual reprochent également au préfet, de s’ingérer dans les affaires religieuses notamment, la désignation des Imams des Mosquées, mais aussi de rançonner des éleveurs, auxquels il demande régulièrement des animaux, pour des fins de sacrifice.

Dr Soumah et M. Diallo auraient, à l’occasion de leur tournée de prise de contact, rançonné les élus locaux et intimidé les représentants des partis de l’opposition dans les localités visitées.

Ces deux hauts cadres sont également soupçonnés, d’être responsables d’une mauvaise gestion des taxes superficielles, payées par les sociétés minières ‘’KOUMBA et Alliance Miming Comodity’’ au compte de leur participation au développement local des sous préfectures de Wendou Mborou, Foulamory et Koumbia.

le préfet et son secrétaire général chargé des collectivités décentralisées auraient abusé de leur autorité en prélevant dans les montants alloués à ces localités au delà de 15% prévue par les textes régissant le fonctionnement de l’administration décentralisées, a-t-on indiqué.

 

Agence Guinéenne de Presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*