samedi , 14 décembre 2019

Le président Alpha Condé attendu au sommet de la CEDEAO, à Abuja (M.A.E)

La quarantième session de la CEDEAO aura lieu les 16 et 17 février prochains à Abuja avec la participation des chefs d’État et de gouvernement de l’institution ouest africaine, dont le Président de la République de Guinée le Professeur Alpha Condé qui pourrait quitté Conakry le 15 courant.

Dans la capitale fédérale nigériane, 48 heures de débats à huis clos permettront aux membres statutaires de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest d’examiner 5 rapports. Il s’agit du rapport annuel 2011 du Président de la commission de la CEDEAO James Victor Gbeho dont le mandat arrive à terme, les rapports de la 67ème session ordinaire et de la 68ème session extraordinaire du conseil des ministres de la CEDEAO, et le rapport du conseil de médiation et de sécurité de l’organisation.

Après la cérémonie d’ouverture qui sera marquée par les trois allocutions du Président en exercice de l’institution le nigérian Dr Goodluck Ebele Jonathan , le Président de la commission de la CEDEAO et celui de Saïd Djinnit le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest ; les assises d’Abuja vont plancher aussi sur le renouvellement des instances dirigeantes de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest qui se solderont par un communiqué final et une conférence de presse.

Aussitôt après cette quarantième session de la CEDEAO sous les auspices du Chef d’État du Nigeria, celui du Benin qui assume la présidence en exercice de l’Union Africaine invite, les 18 et 19 février prochains, ses homologues d’une vingtaine de pays des cinq régions du continent pour des concertations restreintes, à Cotonou. En fait, Yayi Boni voudrait discuter avec eux de la mise en place d’un mécanisme de relance des activités de l’U.A. Concrètement dans la capitale béninoise, il s’agira pour ce noyau de chefs d’État et de gouvernement de l’Union Africaine de définir une vision claire et partagée devant guider l’élaboration pour l’organisation continentale d’une véritable feuille de route pour 2012 dont la mise en œuvre implique des concertations régulières.

De sources proches du siège de l’Union Africaine, il sera également question des relations entre le continent et ses partenaires extérieurs dans la gestion des crises et des grands dossiers de la gouvernance mondiale. Des paramètres dit-on, nécessaires aujourd’hui à l’accélération des objectifs du millénaire pour le développement, la relance d’une croissance forte sur le continent et l’élimination de la pauvreté en Afrique.

Des observateurs estiment donc qu’après Abuja, la Guinée étant désormais membre du conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine, le Professeur Alpha Condé auquel une invitation a été adressée pour cette autre rencontre, pourrait se rendre à Cotonou afin d’échanger avec ses pairs d’Afrique sur le destin de l’Union Africaine qui traverse actuellement une crise de croissance ; quand on sait qu’à son dernier sommet à Addis-Abeba, l’Union n’a pas pu se doter d’un nouveau président de la commission pour succéder au gabonais Jean Ping dont le mandat est arrivée à échéance. En ce moment, sous la présidence en exercice du chef d’État béninois, c’est le vice président de l’institution qui évacue les affaires courantes à la commission de l’Union Africaine.

 

 

Ministère des Affaires étrangères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*