lundi , 23 septembre 2019

Laurent Gbagbo, l’ex-président ivoirien reçoit la visite en prison du président du FPI

ylvain Miaka Ouretto, le président du FPI, lui a rendu visite lundi 6 février à la prison de Scheveningen dans la banlieue de La Haye. Cela fait maintenant plus de deux mois que l’ex-président ivoirien qui est accusé par la Cour pénale internationale de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité a été transféré de Korhogo à La Haye.


 

« A 66 ans, Laurent Gbagbo n’a plus la même forme physique mais il est toujours combatif », assure son dernier visiteur Sylvain Miaka Ouretto. Tous ceux qui l’ont rencontré racontent que l’ex-président ivoirien passe une bonne partie de son temps plongé dans la lecture. Les mémoires de Charles de Gaulle sont sur sa table de chevet mais l’un de ses conseillers lui a récemment fait porter deux livres publiés en France dont les titres ont sûrement attiré son attention : Sarko m’a tuer et La République des mallettes.

Avec ses partenaires de détention les plus célèbres, l’entente serait cordiale, ce qui n’était pas gagné d’avance avec Charles Taylor tant le passif entre les deux hommes est lourd. « Ils leurs arrivent même de faire table commune », affirme un proche de Laurent Gbagbo.

Malgré l’éloignement physique, l’ex-président continue de se mêler de la vie politique ivoirienne. Sylvain Miaka Ouretto s’est vu symboliquement remettre les clés du FPI avec pour mission prioritaire de ramener l’ordre au sein d’une famille politique passablement éclatée.

Enfin et ce n’est pas la moindre de ses activités, Laurent Gbagbo prépare sa défense en vue de l’audience de confirmation des charges qui s’ouvrira le 18 juin. « Nous resterons sur la ligne d’une défense politique. Nous relancerons le débat sur l’ingérence de Nicolas Sarkozy dans une affaire ivoirienne », martèle son avocate Lucie Bourthoumieux, avant de promettre quelques surprises pour ce prochain rendez-vous judiciaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*