samedi , 18 août 2018
Flash info

Haute Guinée : on promet d’appliquer la loi anti-casse dans toute sa rigueur

 

Moins d’une semaine après l’intervention télévisée du Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, relative à l’application de la loi anti-casse, suite aux remous provoqués par les délestages électriques à Conakry et en province, les autorités administratives de la Haute Guinée prennent le relai.

 

La Haute Guinée, connue comme un bastion du pouvoir surprendrait plus d’un observateur en protestant contre le manque de services sociaux de base. Une telle initiative dans la Savane guinéenne serait considérée comme un véritable affront. Conclusion à laquelle le gouverneur et les préfets de la région sont certainement parvenus pour prendre le taureau par les cornes.

Le gouverneur de la région, Nawa Damey, en conclave avec les responsables politiques et administratives de Kankan ce lundi l’a dit haut et fort : Aucun acte de vandalisme pour quelques motifs que ce soit ne sera toléré.

Nawa Damey a promis durant cette réunion d’appliquer, si nécessaire, la loi anti-casse, pour restaurer l’autorité de l’Etat. « Toute personne prise dans des actes de vandalisme sera soumise à la rigueur de la loi », a-t-il prévenu. Ladite loi prévoit de lourdes peines de prison et de fortes amendes pouvant atteindre plusieurs millions de francs guinéens, contre toutes personnes reconnues coupables de vandalisme.

A Kouroussa, ville natale de l’écrivain Camara Laye, partagée entre le Pr. Alpha Condé et Lansana Kouyaté du PEDN, – les deux hommes politiques sont tous originaires de la région-  le préfet Mohamed Douti Oularé indique également qu’il veillera au grain.

Là aussi, on brandit la même la loi anti-casse pour dissuader tout mouvement de protestation.

A l’origine de tous ces messages musclés, il faut rappeler les violences de rue provoquées dans les banlieues de Conakry, à Kindia et à Kamsar, suite aux coupures de courant survenues durant les matchs du Syli national à la CAN 2012. Un officier de l’armée a payé de sa vie à Conakry tandis que le siège d’EDG à Kindia est parti en fumée, avec à la clé, d’importants biens privés détruits et vandalisés.

« Les manipulateurs seront sanctionnés selon la rigueur de la loi », avait alors dit le Premier ministre, invitant les ministres en charge de la Justice, de la Sécurité et de l’Administration du territoire à ouvrir des enquêtes en vue de situer les responsabilités et punir les coupables à la hauteur de leurs forfaitures.


Elie Ougna
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*