samedi , 20 juillet 2019

La CENI obtient un nouveau délai de suspension de ses activités opérationnelles jusqu’au 10 février

Dans une lettre adressée au président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) Louceny Camara, le président du Comité de facilitation du dialogue Monseigneur Albert Gomez a suggéré un délai supplémentaire allant du 23 janvier 2012 au 10 février 2012 pour surseoir à ses activités opérationnelles.

Cette doléance vise à permettre au Comité de facilitation du dialogue politique inclusif, « d’avancer dans le travail substantiel mis en oeuvre pour rapprocher toutes les parties et trouver des solutions consensuelles aux nombreuses questions à l’examen », souligne cette correspondance dont xinhua a obtenu copie.

En réponse à la lettre du Comité de facilitation, le président de la CENI a donné une suite favorable à cette demande de report de la reprise des activités opérationnelles de son institution.

Une décision qui résulterait d’une session plénière tenue le 24 janvier 2012 par les membres de la CENI, qui « unanimement ont décidé de surseoir à leurs activités opérationnelles jusqu’à la date du 10 Février 2012 ».

Le président de la CENI, Louceny Camara a mis cette occasion à profit pour « rappeler que c’est pour la troisième fois consécutive que la CENI accepte de bon gré de privilégier le dialogue et la concertation politique dans notre pays la GUINÉE, en vue de la tenue des élections législatives, libres, crédibles, transparentes et justes dans un climat apaisé ».

Tout en rappelant que « la CENI adhère intimement à l’esprit de cette démarche et réitère par la même opportunité, qu’elle entend assumer toutes ses obligations constitutionnelles, après cette date du 10 février 2012 », peut-on lire dans sa lettre-réponse adressée au Comité de facilitation du dialogue inclusif.

Xinhua

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*