mercredi , 23 janvier 2019

Grève des pompistes: la  »Bombe » sociale retardée in extremis, mais pas désamorcée

Des négociations engagées au haut niveau de l’Etat ont permis lundi d’éviter de justesse une grève planifiée par les pompistes des stations d’essence. Les pompistes envisageaient à travers ce débrayage, réclamer une augmentation de salaires fixés actuellement à 450 000 francs guinéens. « Nos salaires sont trop bas alors que les

 

 

conditions de vie sont de plus en plus dures. Nous sommes exposés à des produits toxiques sans aucune mesure d’accompagnement », déclare un pompiste. « On voulait aussi demander l’application d’un protocole d’accord signé en 2009 et qui prévoit l’assujettissement de notre corporation au régime de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale », ajoute notre source qui a requis l’anonymat.

Les gérants des stations d’essence auraient promis d’analyser les points de revendications de leurs travailleurs dans un bref délai.  » On a reportée la grève parce qu’ils disent n’avoir pas reçu le préavis de grève. S’ils ne parviennent répondre à nos exigence d’ici la fin du mois nous irons en grève cette fois », prévient notre source.

La dernière grève des pompistes guinéens remonte à Juillet 2009. Elle avait entraîné la flambée du prix du litre d’essence dans les marchés noirs. Entrainant aussi l’augmentation des prix des denrées dans les marchés.


Elie Ougna

+224 60 06 46 46

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*