vendredi , 6 décembre 2019

Freetown accuse Conakry de se nourrir grâce à sa production rizicole

Longtemps accusée par la Guinée de vivre grâce à une partie de son carburant subventionné, et de bénéficier de la largesse des autorités de Conakry en recevant des quantités de riz, la Sierra-Leone prend ses accusateurs à contre-pied.

 

Selon Sam Sesay, ministre sierra-leonais de l’Agriculture, des Forêts et de la Sécurité alimentaire,  des études réalisées par ses services démontrent qu’une grande quantité du riz produit par son pays est acheminée par des contrebandes vers certains pays de l’Union du fleuve Mano, en l’occurrence la Guinée et le Liberia.

 

Selon M. Sesay, la nature poreuse des frontières terrestres entre les pays permet à des citoyens en provenance de la Guinée et du Liberia d’entrer sur leur territoire  et d’acheter d’importantes quantités de vivre avant d’en sortir, sans être inquiétés. « Cela a un impact négatif sur le prix des denrées alimentaires dans le pays », regrette le ministre. Selon lui, ce commerce permet aujourd’hui aux commerçants et à certains de ses compatriotes de dicter leurs lois en matière de fixation des prix des denrées alimentaires.

Note de la rédaction : sur la photo, Sam Sesay, ministre sierra-leonais de l’Agriculture, des Forêts et de la Sécurité alimentaire.


Mamady Fofana
contact@)kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*