jeudi , 17 octobre 2019

La Guinée adopte des lois sur le statut général des forces armées et le Code de Justice militaire

 

Le Conseil national de la transition, organe législatif en Guinée en attendant les élections parlementaires, a adopté jeudi à la majorité des présents le Statut général des forces armées et le Code de justice militaire.

 

Les deux textes transmis par le ministre délégué à la défense national Abdoul Kabèlè Camara et dont le but est de faire de l’armée une institution républicaine réglementent les questions liées entre autres à l’organisation hiérarchique, le régime des sanctions dans les rangs des forces armées, les règles de recrutement, les conditions de cessation de l’état militaire.

 

Le général Amadou Doumbouya, président de la Commission défense et sécurité du CNT a indiqué que l’adoption de ces deux textes demeure d’une importance capitale pour la Guinée. Pour lui, si l’armée constitue une institution nécessaire dans l’édification d’un état fondé sur le respect et la primauté du droit, il s’avère nécessaire de la débarrasser de toutes les imperfections afin qu’elle soit pour le peuple une armée de référence.

Le statut général « réaffirme les principes intangibles ainsi que les exigences qui conditionnent l’efficacité des forces armées tels que l’esprit de sacrifice, la discipline la disponibilité, la loyauté et la neutralité », a indiqué le général Doumbouya. « Le code de Justice militaire apparait comme un ensemble de règles et principes dont se dote l’armée pour lutter efficacement contre l’impunité dans ses rangs, ainsi que toutes pratiques ou comportements qui ne sont pas en adéquation avec les objectifs de la reforme de l’armée », a-t-il dit.

Le ministre délégué à la défense national Abdoul Kabèlè Camara a qualifié l’adoption des deux textes « d’actes historique». Affirmant que les militaires guinéens sont fiers de leur adoption, le ministre délégué à la défense s’est dit rassuré du chemin que suit le processus de restructuration des forces de défense et de sécurité. Selon lui d’autres codes comme celui de la police seront très bientôt transmis au Conseil national de la transition.

Elie Ougna
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*