mardi , 20 novembre 2018

Projet d’interconnexion électrique entre la Guinée, le Libéria, la RCI et la S.L : vers l’adoption d’un traité

La Guinée, la Côté d’Ivoire, le Libéria, la Sierra Léone ainsi que leurs partenaires techniques et financiers dans le projet d’interconnexion électrique sont réunis à Conakry depuis lundi pour examiner et adopter le traité,  l’accord international de projet et les statuts de l’entité chargée de la réalisation du projet, a constaté kaloumpresse.com.

La réunion qui prend fin le 15 décembre va permettre aux participants d’adopter les différents textes qui doivent être présentés aux différentes institutions financières avant la décision finale de financement, a déclaré l’Ingénieur Amadou Diallo, Secrétaire général du Système d’échanges d’énergie électrique Ouest africain. Les textes, avant leur soumission aux bailleurs de fonds, seront aussi présentés aux « différentes instances de décision et à la ratification des parlements des quatre pays bénéficiaire du projet avant le premier trimestre 2012 », a ajouté M. Diallo.

 

Le projet électrique qui lie les quatre pays comporte une ligne d’interconnexion qui s’étale sur 1400 km, l’extension du poste haute tension de Man en Côte d’Ivoire, quatre postes haute tension au Libéria, cinq postes en Sierra Leone et deux postes en Guinée.

Le coût total de réalisation de la ligne et des postes s’élève à 335 millions d’euros pour une capacité initiale de transit de 83 MW fournies par la Côte d’Ivoire.

Dans le traité qui est en étude à Conakry les Etats s’engagent à faciliter la construction et l’exploitation de la ligne eu égard aux objectifs communs. Il organise la création de la société dont le seul but est de construire et d’exploiter la ligne dans le respect du Protocole de la CEDEAO sur l’énergie.

Le ministre d’Etat à l’énergie Papa Koly Kourouma qui apprécie la tenue de la rencontre en Guinée, « pays dont son secteur de l’électricité a été sinistré durant la dernière décennie, faute d’investissements », a indiqué que son pays entend prendre toute sa place à l’intérieur du pays d’échanges d’énergie électrique ouest africain. « Le potentiel hydroélectrique de la Guinée est estimé à près de 7000 MW, dont seulement 127 MW sont actuellement exploités ».

Le ministre guinéen a invité les juristes et les techniciens des quatre pays à mettre en place la meilleure structure institutionnelle qui permettra la gestion du projet.

Elie Ougna
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*