vendredi , 23 août 2019
Flash info

Législatives: l’opposition menace à nouveau de prendre les rues…

Réunis s au sein de l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) et le collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition, des leaders de l’opposition dite radicale envisagent à nouveau de prendre les rues pour faire aboutir leurs revendications. A savoir la relance d’un dialogue structuré avec le pouvoir et non ce qu’ils qualifient de dialogue spectacle entamé par le ministre de l’administration du territoire, Ils l’ont fait savoir jeudi 8 novembre, au cours d’une conférence de presse.

C’était le fait nouveau. Le reste des sujets sur lesquels, Cellou, Sidya, Aboubacr Sylla, Mouctar se sont étendus sont déjà entendus. A savoir le bilan hautement négatif de la gestion d’un an des affaires par Alpha Condé. Des interventions qui méritent quand même qu’on y revienne. Notamment celle de Moutar Diallo qui pense que tout a reculé : droits de l’homme ; état de droit. Sans oublier le déficit criard des services sociaux de base. Dont l’électricité, l’eau, la sécurité.

Sur le terrain économique, tous sont naturellement d’accord, qu’il n’y a eu aucune avancée dans aucun domaine sous Alpha. Même Sidya Touré qui était censé donner des chiffres de dégradation de la gestion économique pour étayer son réquisitoire, a préféré verser dans la généralité en se contentant de dénoncer la cherté du cout de la vie. Pourtant d’autres connaisseurs de la chose macroéconomique, qui ne sont peut-être pas de la même école que Sidya Touré, s’expriment en termes de chiffres.

Continuant, Mouctar Diallo a indiqué que Sidya Touré avait, en son temps, donné l’électricité en un temps record. Et le contexte à cette époque était plus difficile que maintenant, précise le leader des NFD.

L’opposition tire sur la communauté internationale…

Pour sa part, Charles Pascal Tolno visiblement agacé, voir fatigué des luttes politiques, a pris la parole pour dire sa part de vérité. Il lâche crue : « les leaders politiques ne sont pas honnêtes avec le peuple… ils sont dans l’opposition pour conquérir le pouvoir, une fois au pouvoir, ils changent… »

Pour Charles Pascale Tolno qui adore mettre le pied dans le plat, il faut cesser de recourir à la communauté internationale. Parce que selon lui, ‘’la communauté internationale ne fait rien pour rien. Parfois, elle vous demande des choses pires… » Des propos (sauf simple coïncidence) qui ont obligé Sidya, Aboubacar Sylla et Cellou à se regarder et se parler dans l’oreille avec une mine fermée. Que se sont-ils dit ? Mystère ! Mais au vu des gestes, ces leaders semblaient gênés, embarrassés. A préciser que Charles Pascal Tolno du PPG est un habitué des faits.

SOURCE : Tamtamguinee

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*