lundi , 22 juillet 2019

Kouchner n’aime pas les questions qui fâchent: : « barrez-vous », est la réponse qu’il donne

Le french doctor Bernard Koucher et son  »copain » Alpha Condé
Ne pas poser à Bernard Kouchner de questions qui fâchent. L’ancien ministre des Affaires étrangères, 72 ans, se rend une fois par mois en Guinée-Conakry où il donne des conseils, « bénévoles » dit-il, à son vieux copain le président Alpha Condé. France Info a tenté de lui poser les questions qui fâchent, ce qui n’a pas du tout plu à l’ancien ministre.

Dans son reportage, le journaliste de France Info explique d’abord :

« Bernard Kouchner se rend en Guinée tous les mois pour suivre la construction d’une maternité à Conakry. C’est son projet. Entièrement financé par des mécènes, comme Sanofi, EDF ou encore Total, pour qui il avait fait un rapport controversé sur le travail des enfants en Birmanie. Des mécènes qui lui paient même ses billets d’avion pour Conakry. Un travail « bénévole », assure-t-il, tout comme les conseils qu’il donne à son ami Alpha Condé ».


Mais selon Lama Bangoura, l’un des leaders de l’opposition guinéenne, Kouchner a notamment: « un bureau dans les locaux de Bolloré à Conakry », il « roule dans un véhicule affecté par la Présidence de la République avec des gardes du corps militaires guinéens » et il « a fait et fait des affaires en Guinée ».

Pour en savoir plus, France Info a rencontré Kouchner à Paris, « dans son luxueux appartement du 6e arrondissement » précise le journaliste, mais l’interressé n’a pas apprécié les questions posées…

L’ancien ministre s’énerve lorsque le journaliste sous-entend qu’il serait « un conseiller officieux » du président Alpha Condé, et plus encore lorsqu’on l’interroge sur les activités de sa société No Borders Consultants.

France Info ajoute que, selon ses informations, l’ex-ministre des Affaires étrangères « est intervenu notamment auprès de Christine Lagarde au FMI, du milliardaire Georges Soros ou de Tony Blair, l’ancien Premier ministre britannique qui conseille d’autres Etats africains: Sierra Leone, Liberia, ou encore le Rwanda avec qui il aurait un contrat de deux millions de dollars« .

(par Michel Martins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*