jeudi , 2 avril 2020

Une délégation de la Mano river Union reçue par le Chef de l’Etat

Dans le but de donner une dynamique à l’intégration sous régionale, le Président de la République, Professeur Alpha CONDE, a reçu une importante délégation de la Mano River Union en fin de matinée du mercredi 30 novembre 2011 au palais Sékhoutouréya.

Conduite par son secrétaire général, Mme Hadja Saran DARABA accompagnée du Ministre de la Coopération, Dr. Moustapha Koutoubou Sano, cette délégation était composée de représentants des Ministères constituant le Comité conjoint de sécurité de l’Union du fleuve Mano. Il s’agit des Affaires Etrangères, de la Défense, de la Sécurité, de la Justice, de l’Administration du Territoire, du Commerce et de l’Agriculture des quatre pays membres de l’Union à savoir : la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia et la Côte d’Ivoire qui vient de faire son entrée.

Dans son introduction, Hadja Sara DARABA a clairement expliqué au Président de la République l’objectif de la rencontre : « Nous avons eu la réunion technique des experts qui ont fait des recommandations sur le quinzième protocole qui est en faite l’instrument juridique en matière de paix et de sécurité, car il a été signé à Conakry au mois de mai 2000, mais des nouvelles préoccupations sécuritaires ont émergé dans la sous-région, c’est pourquoi vous avez instruit au sommet de Monrovia, de prendre en compte les nouveaux problèmes tels que l’assistance aux refugiés et aux personnes déplacées internes, mais également considérer la question de l’insécurité alimentaire comme une menace à la stabilité des Etats, ainsi que tout ce qui concerne les processus électoraux et la coopération transfrontalière. Depuis 3 jours, nous avons discuté de ces questions et le comité technique a fait des recommandations à la réunion des Ministres pour pouvoir obtenir une version révisée du quinzième protocole. C’est ce travail que nous venons de finir, nos recommandations ont été adoptés par les Ministres qui demandent au secrétariat de finaliser la version qui va être soumis à votre haute appréciation pour signature et ratification ». Après avoir ainsi clairement campé l’objectif de la rencontre, Hadja Saran Daraba a passé la parole aux différents représentants des pays membres.

De leur côté, les intervenants ont tour à tour exprimé leur satisfaction quant à la qualité de l’accueil qui leur a été réservé et ont encouragé le Chef de l’Etat et son gouvernement à œuvrer dans le sens du renforcement des liens de coopération entre les pays de la sous-région ouest africaine en général et surtout les Etats membres de la Mano River Union en particulier.

En réponse, le Président de la République a remercié la délégation pour son déplacement et a salué l’arrivé de la République sœur de Côte d’Ivoire dans l’Union. Pour le Président Alpha Condé, « cette arrivée renforce davantage la dynamique de l’intégration sous régionale mais aussi permet aux Etats membres de mieux lutter contre l’insécurité avec les problèmes récents de la Côte d’ivoire. Avec l’instauration de la démocratie en Guinée, elle doit beaucoup marquer son retour à travers son implication dans la résolution des problèmes sociopolitiques de la sous-région. Renforcer la coopération entre nos Etats est extrêmement important, tant pour la lutte contre la circulation des armes légères, contre le banditisme mais aussi contre l’insécurité alimentaire. Pour cela nous devons renforcer les projets intercommunautaires, les industries, l’agriculture…», a ajouté le Chef de l’Etat.

Le Président de la République a rappelé qu’il était Président de la Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF) qui avait comme objectif principale l’unité africaine, conséquemment s’il préside aujourd’hui aux destinées de la Guinée, ce panafricanisme ne peut que continuer. Il a signalé que dans le cadre du renforcement de l’intégration sous régionale, une partie de nos minerais sera exportée vers le Liberia et prochainement vers la Côte d’Ivoire.

En ce qui concerne l’intégration économique et monétaire, le Chef de l’Etat a exprimé sa ferme volonté quant à la concrétisation de la seconde zone monétaire ouest africaine (ZMAO) qui doit couvrir la Guinée, la Gambie, la Sierra Leone, le Liberia et le Nigeria. Ceci, en perspective de la mise en place d’une monnaie commune en Afrique.


C.Y.S
Le Bureau de Presse de la Présidence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*