dimanche , 5 juillet 2020
Flash info

Côte d`Ivoire: mandat d`arrêt de la CPI pour Gbagbo, transféré au plus tard mercredi (avocat)

L`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a reçu mardi un mandat d`arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) et doit être transféré à La Haye mercredi « au plus tard », a annoncé à l`AFP l`un de ses avocats.

« Le procureur a notifié un mandat d`arrêt international au chef de l`Etat Laurent Gbagbo. Il va s`agir de le transférer à La Haye, je ne sais pas quand, ça peut être aujourd`hui, demain au plus tard », a déclaré Me Jean Gbougnon.

Cette annonce, à une dizaine de jours des élections législatives du 11 décembre, lui a été faite mardi à Korhogo (nord) lors de l`audition, qui avait débuté lundi, de M. Gbagbo (66 ans) par un juge d`instruction ivoirien, selon l`avocat.

« Tant qu`il n`y a pas de décision publique par les juges, nous ne pouvons pas commenter les déclarations de l`avocat », a indiqué à l`AFP Fadi el-Abdallah, le porte-parole de la CPI.

Parallèlement à la justice ivoirienne, la CPI conduit depuis octobre sa propre enquête sur des crimes contre l`humanité et crimes de guerre commis pendant la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011, et dont sont accusés le camp Gbagbo et celui du nouveau président Alassane Ouattara.

Arrêté le 11 avril à Abidjan et détenu ensuite à Korhogo, Laurent Gbagbo, de même que son épouse Simone qui est en détention à Odienné (nord-ouest), a été inculpé en août par la justice ivoirienne pour « crimes économiques » commis durant la crise.

Plusieurs dizaines de personnalités du régime déchu, des civils et des militaires, sont détenues pour crimes de sang, « atteinte à l`autorité de l`Etat » ou crimes économiques.

Née du refus de M. Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle de novembre 2010, la crise, conclue par deux semaines de guerre, a fait quelque 3.000 morts.

Lors d`une visite à Abidjan le 15 octobre, le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, avait promis une enquête « impartiale » et indiqué qu`il ciblerait de « trois à six » personnes ayant les plus lourdes responsabilités dans les crimes.

Du côté des nouvelles autorités, on ne cachait pas depuis plusieurs semaines son impatience de voir Laurent Gbagbo transféré à La Haye, présentant parfois cet éloignement comme une condition de la « réconciliation » voulue par le pouvoir.


SOURCE : AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*