jeudi , 19 septembre 2019
Flash info

Un rapport montre que les pays ACP sont frappés par des politiques nuisibles de l’UE

BRUXELLES, Royaume de Belgique, 21 novembre 2011/African Press Organization (APO)/ — En Afrique et ailleurs dans les pays en développement, les politiques de l’Union européenne (UE) continuent à compromettre gravement les droits humains, parce que ces politiques ne sont pas cohérentes avec les objectifs du développement.

L’UE ne parvient pas à se conformer à ses propres obligations ratifiées dans les traités, affirme un nouveau rapport de CONCORD (http://www.concordeurope.org), la confédération européenne des ONG pour le développement.

Rapport: «Pleins feux sur la cohérence des politiques de l’UE pour le développement» : http://coherence.concordeurope.org

Logo : http://www.apo-mail.org/concordvf.jpg

Le rapport a été lancé aujourd’hui à Lomé, au Togo afin de coïncider avec  l’Assemblée parlementaire  l’ACP-UE (http://www.europarl.europa.eu/intcoop/acp/10_01/default_en.htm) où les décideurs africains, européens, des Caraïbes et du Pacifique se réunissent deux fois par an dans le cadre de l’Accord de Cotonou. L’Accord de Cotonou prévoit la possibilité pour les représentants des pays ACP de questionner la Commission européenne sur les politiques qui ont ou qui sont susceptibles d’avoir un impact sur le développement.

Gérard Karlshausen du CNCD-11 11 11 et de CONCORD Belgique: « On ne peut pas nier que les politiques européennes ont des effets à l’étranger, comme ici en Afrique. Notre rapport montre que la politique agricole européenne, le commerce et les migrations ont des impacts négatifs sur les pays ACP, minant les efforts pour réduire la pauvreté mondiale. « 

Le rapport constate que:

•          l’agriculture ACP continue d’être négativement affectée par la Politique Agricole Commune;

•          les pays ACP connaissent toujours plus d’accaparement des terres en raison de la demande de biocarburants déclenchée par la politique de l’UE sur les énergies renouvelables;

•          Migration et sécurité humaine sont également affectés par les politiques communautaires qui ne respectent pas les obligations relatives aux droits

•          L’UE ne parvient pas à se conformer à son traité de Lisbonne qui stipule que les politiques européennes devraient prendre en compte les objectifs de développement ;

•          Le mécanisme de l’Accord de Cotonou qui permet les enquêtes sur l’impact politique de l’UE sur le développement est largement sous-utilisée.

926      millions de personnes ont souffert la faim l’année dernière – presque 1 habitants sur 7 de la planète. Dans le même temps un tiers de tous les aliments produits pour la consommation humaine est gaspillée.

S’exprimant lors du lancement:

Salif Foulani Sissoko, agroéconomiste malien, a déclaré: «Les politiques de l’UE peuvent faire plus de mal que de bien dans le monde en développement. En Afrique par exemple, nous voyons les effets dans notre production agricole, où nous ne pouvons pas être en compétition avec les importations subventionnées par l’Europe.
«L’UE doit se rendre compte que la sécurité alimentaire mondiale ne peut être atteinte que si les pays pauvres sont en mesure de développer et de sauvegarder leur propre production durable », a déclaré Laust Gregersen de CONCORD Danemark.

« Pour éviter les impacts néfastes des politiques, plus de dialogue doit avoir lieu entre l’UE, notamment les délégations de l’UE, et les parties prenantes dans les pays ACP, y compris les organisations de la société civile. Les délégués de l’Assemblée parlementaire paritaire devrait saisir l’occasion offerte par laquelle l’Accord de Cotonou pour engager ce dialogue sur l’impact des politiques sur le développement. L’Assemblée devrait désigner deux de ses délégués pour recueillir des preuves des incohérences des politiques et chercher à redresser la situation « , a déclaré Pascal Erard de CFSI-Coordination Sud.

L’UE, premier fournisseur d’aide au monde, investit € 53 milliards par an dans sa politique de développement. Mais sans un engagement plus clair pour la cohérence des politiques en faveur du développement, les gains des programmes européens financés par l’aide continueront d’être gravement compromis par l’impact négatif des           autres politiques de l’UE.

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour CONCORD.

Pour plus d’informations et d’interviews, contacter:

CONCORD Chargée de communication, Daniel Puglisi au +32 2 743 87 77, Daniel.Puglisi@concordeurope.org

CONCORD Coordonnateur Cohérence des politiques pour le développement, Blandine Bouniol au +32 27438761,  Blandine.Bouniol@concordeurope.org

Pascal Erard   erard@cfsi.asso.fr

Laust Gregersen   llg@concorddanmark.dk

Gerard Karlshausen   gerard.karlshausen@cncd.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*