mercredi , 19 juin 2019

CENI : Quand Lounsény Camara poursuit sa résistance

Contraint de reporter le lancement des opérations de révision des listes électorales, le mardi 4 octobre, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Lounsény Camara montre qu’il a toujours le contrôle de la situation.

Après avoir marqué quelques semaines de pause, Lousény Camara a lancé, jeudi 03 novembre, l’opération de signature des contrats de travail liant la CENI aux opérateurs de saisie.

Si le président de la CENI s’est réservé de divulguer la date de démarrage de la révision des listes électorales, s’il a refusé d’affirmer que la date du 29 décembre pour les législatives n’est pas techniquement tenable, il a s’est contenté d’apporter des précisions sur le contrat signé avec les 3675 opérateurs de saisie. Un contrat qui couvre deux mois et porte sur un perdiem mensuel de 3 millions de francs guinéens.

A cela s’ajoute une prime de 75 000 francs guinéens par mois pour les crédits téléphoniques, la mise à la disposition des agents techniques de kits pharmaceutiques contenant l’essentiel des produits pharmaceutiques de première nécessité, la prise en charge par la CENI , d’un moyen de transport collectif adapté et sécurisé jusque dans la préfecture d’affectation, le transport forfait des préfectures vers les sous préfectures et des sous préfectures vers le lieu de résidence en fin de contrat.

« Le contrat précise que tout abandon de poste de travail sans autorisation fait perdre à l’intéressé tout droit de réclamation, sans préjudice des poursuites judiciaires », a-t-il dit.

L’opposition qui exige la révocation de la CENI dirigée par M. Camara et son implication dans tout le processus doit encore se patienter.

Elie Ougna
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*