mardi , 12 novembre 2019

L’ambassadeur des Etats-Unis reçue par le Président Alpha Condé

L’axe de coopération Conakry-Washington se renforce davantage. C’est dans cette optique que le président de la république a reçu en audience, l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Guinée, son excellence Patricia N. Moller.

Une audience qui intervient quelques jours après le décret du président Obama autorisant la Guinée à figurer sur la liste des pays éligibles à l’Agoa (en même temps que le Niger et la Côte d’Ivoire), ce qui permet désormais aux entreprises guinéennes de pouvoir exporter à nouveau vers le marché américain avec des tarifs préférentiels.

A rappeler que les critères d’éligibilité à l’Agoa (African Growth and opportunity act) sont, entre autres, la pratique d’une économie de marché, le respect de la loi et du pluralisme politique, une bonne gouvernance, le respect des droits de l’Homme et de ceux des travailleurs, l’équité de l’appareil judiciaire, l’élimination des barrières au commerce et à l’investissement américains et les efforts de lutte contre la corruption. La Guinée du Professeur Alpha Condé répond à tous ces critères, preuve s’il en fallait, que notre pays est désormais et résolument ancré dans la voie de la démocratie et de l’Etat de droit.

Patricia Moller est venue exprimer au Pr. Alpha CONDE la volonté du Président Barak OBAMA d’œuvrer en faveur d’un raffermissement des relations d’amitié et de coopération entre les peuples guinéen et américain.

Une volonté partagée par le Chef de l’Etat qui a mis l’occasion a profit pour adresser ses remerciements au président Barak OBAMA pour la réintégration de la Guinée à l’Agoa mais aussi pour son appui constant à notre pays.

Au cours de cette audience, la lutte contre la piraterie en haute mer et le long de nos côtes a figuré en bonne place de l’entretien. C’est aussi l’une des préoccupations fondamentales du Chef de l’Etat qui a récemment mis à la disposition des FUMACO (Fusiliers Marins de Conakry) par l’entremise de son chef d’Etat major particulier, deux moteurs hors-bords pour assurer une meilleure surveillance de nos eaux territoriales.

Les Etats-Unis considèrent que la piraterie a des implications sérieuses et directes pour toutes les nations, allant du danger grandissant auquel s’exposent les marins à ses effets sur la livraison d’aide humanitaire et sur le commerce international.

Et dans ce cadre, les États-Unis ont accueilli favorablement le 26 octobre dernier l’appel unanime du Conseil de sécurité de l’ONU à toutes les nations du monde à continuer leur coopération en matière d’enquête et de poursuite judiciaire de toute personne responsable d’actes de piraterie, de vol à main armée en mer, et d’enlèvement pour rançon, etc.

Le Bureau de Presse de la Présidence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*