mercredi , 11 décembre 2019

CENI : Bayo et Telly démissionnent, l’institution droit dans le précipice

La Commission électorale nationale indépendante a entamé sa phase de désintégration. Oui ! On peut le dire à haute et intelligible voix sans crainte de mentir.

Le limogeage de Pathé Dieng et son remplacement à son poste de directeur des opérations de la CENI semble être le détonateur qui risque de précipiter la chute de l’institution électorale. Lundi 17 octobre, Abdourahamane Telly Touré, chef de département Logistique et Thierno Saïdou Bayo directeur de l’Information, Sensibilisation et de la Communication de la CENI ont décidé de démissionner de leurs postes pour, disent-il, soutenir leur collègue Dieng démis par Louncény Camara.

« L’épreuve que subie aujourd’hui Pathé Dieng me concerne à plus d’un titre. Parce que, lui et moi faisons partie des initiateurs et signataires de la lettre ouverte qui a mis a nu une facette de ce qui se trame dans l’ombre à la CENI. Je ne veux donc pas offrir à ceux que cette lettre dérange, le plaisir de savourer leur revanche», relate Abdourahamane Telly Touré dans sa lette de démission.

M. Bayo estime aussi de son côté que le limogeage du directeur des opérations pour avoir signé une « lettre ouverte légitime » est un acte arbitraire. Nous démissionnons de nos postes d’autant qu’il y a beaucoup de divergences qui nous opposent. Mais nous restons membres de la CENI », a-t-l déclaré mardi à Kaloumpresse.com.

Thierno Saïdou Bayo précise que leur présence à la CENI en tant que simples membres dépend désormais de leurs formations politiques respectives. « Nous ne sommes pas partis à la CENI par nous-mêmes. Nous avons été envoyés par nos partis politiques. Ce sont ces partis politiques qui décideront de nous faire partir ou de nous laisser. Mais j’ai acquis la fonction de chef de département par ma valeur intrinsèque ».

Cette série de démissions n’étonnent guère. La Commission électorale nationale indépendante ne fait que mettre au grand jour le malaise qui a résisté à de nombreux mois. Ses membres, dans leur totalité, refusant de reconnaître leur incapacité qui a valu la nomination d’un Malien pour organiser le second tour de l’élection présidentielle de 2010, ont toujours fonctionné dans la roublardise, l’incompétence et la mauvaise foi.

Aux dernières nouvelles, d’autres commissaires s’apprêtent à démissionner comme Bayo et Télly. Pour la même cause : soutenir Pathé Dieng dans ses moments de difficultés. Une façon de précipiter la chute de l’institution avec son très controversé président, Louncény Camara.

Fatoumata Kéita
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*