samedi , 14 décembre 2019

Ses avocats demandent une liberté provisoire

Les avocats du Vice-président des Nouvelles Forces Démocratiques – NFD – Etienne Soropogui, invitent le Procureur de la République près le Tribunal de Première instance de Dixinn, à ordonner la mise en liberté provisoire pour leur client.

Dans un courrier adressé à Mohamed Saïd Haidara, ces avocats réunis au sein d’un collectif, estiment que depuis l’arrestation de M. Soropogui, le 27 septembre durant la marche de certains partis d’opposition, il est sous mandat de dépôt sans être traduit à l’audience du tribunal de Dixinn.

Ils s’appuient, dans leur missive, sur l’article 386 du Code de procédure pénale qui stipule « L’individu arrêté en flagrant délit et déféré devant le procureur de la République, conformément à l’article 69 du présent code, est, s’il a été placé sous mandat de dépôt, traduit sur le champ à l’audience du tribunal » ; et l’article 386 du même Code : « Si ce jour là il n’est point tenu d’audience, le prévenu est déféré à l’audience du lendemain, le tribunal étant au besoin, spécialement réuni…. »

En conclusion, le collectif préconise la mise en liberté provisoire de son client « en attendant qu’il soit traduit à l’audience » devant ce tribunal.

Elie Ougna
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*