jeudi , 14 novembre 2019

Répression du 28 septembre 2009 : les victimes accusent le gouvernement de lenteur

Le collectif des associations des victimes de la répression du 28 septembre 2009 a estimé aujourd’hui que le gouvernement de Mohamed Saïd Fofana refuse d’accélérer la procédure judicaire devant aboutir au jugement des auteurs du massacre.

« Le gouvernement actuel n’a pas la volonté politique de juger cette affaire», a dit Ibrahima Barry, président du collectif, composé de cinq associations de victimes. « Nous avons adressé des courriers au ministre de la Justice et Garde des Sceaux et au Procureur de la République, sans suite », a déclaré M. Barry à la faveur d’une conférence de presse.

« Depuis la répression, nous avons porté plainte, mais nous n’avons jamais été convoqué. Il y a une défaillance dans les juridictions guinéennes », a regretté, souhaitant que « la Cour pénale internationale s’autosaisisse de ce dossier ».

Courant septembre, le ministère de la Justice a mis en place un pool de magistrats chargé de travailler sur la répression de 2009. Ce pool de magistrats siège dans les locaux de la Cour suprême de Conakry, a tenu à préciser le ministre Me Christian Sow.

Rappelons que les enquêtes de la communauté internationale font état de plus de 150 personnes qui ont été tuées lors de la répression de l’opposition guinéenne il y a deux ans jour pour jour.

Fatoumata Kéita
+224 62 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*