lundi , 23 septembre 2019

Redevances des radios privées : Dialogue de sourds entre URTELGUI et ARPT

L’Union des Radios et Télévisions Libres de Guinée (URTELGUI) affirme ne pas être à mesure de payer la totalité des redevances que ses membres doivent à l’Etat guinéen. L’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) et son ministère de tutelle, celui des Télécoms, estiment que ces taxes sont inclues dans le budget 2011, donc à payer. Quand les deux parties se retrouvent autour de la même table, toutes les conditions sont réunies pour mener un dialogue de sourds.

Le président de l’URTELGUI, Boubacar Yacine Diallo, ancien ministre de l’information, estime que son association est consciente qu’elle doit payer des redevances à l’Etat. Mais, poursuit-il, certaines radios sont confrontées à d’énormes difficultés financières à cause de l’absence de marchés publicitaires. A ce tableau, M. Diallo ajoute les conditions socio-politico-économiques difficiles du pays ces dernières années.

Ainsi, mardi, les membres du bureau exécutif de l’URTELGUI étaient chez le Premier ministre pour solliciter l’annulation, par le gouvernement, des arriérés de l’année 2010 et la revue à la baisse des montants de la redevance annuelle, pour « permettre aux radios et télévisions privées de s’acquitter de leurs obligations ».

L’URTELGUI sollicitait par la même occasion, le virement de la subvention annuelle allouée à la presse.

Seulement voilà. En lieu et place d’une décision d’annulation ou d’une promesse donnant l’espoir d’une possible réduction, le ministre des Télécommunications, Oyé Guilavogui, a clairement indiqué que la taxe de 20 millions devant être payée par station de radio est déjà budgétisée dans la Loi de finance initiale. Donc pas question de penser à une quelconque modification.

En revanche, le ministre et son institution de régulation se disent favorables à un payement par échéance.

« Vous allez nous proposer un échéancier de paiement. Je regrette que certaines radios soient fermées. Nous avons sérieusement besoin de vous. Un courrier va être adressé aux radios privées ».

 

Comme pour donner une petite leçon, Oyé Guilavogui invite les radios de s’acquitter de leur devoir au moment où elles invitent l’Etat à accélérer le payement de la subvention.

Note de la Rédaction: Sur la photo, de la gauche vers la droite, le ministre des Telecoms, Oyé Guilavogui et le DG de l’ARPT, Moustapha Mamy Diaby.

 

Fatoumata Kéita
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*