lundi , 18 novembre 2019

Almamy Ibrahima Barry est décédé !

Almamy Ibrahima Barry, ancien fonctionnaire de la Banque Africaine de Développement est décédé, mardi 6 septembre, à Abidjan des suites de maladie.

Le banquier Almamy Ibrahima Barry, ‘’AIB’’, comme ses intimes aiment l’appeler, avait vu sa candidature indépendante à l’élection présidentielle de 2010 annulée par la Cour suprême car la Constitution guinéenne n’autorise pas l’autorise pas.

Almamy Ibrahima Barry justifiait son engagement en politique par sa volonté de contribuer à la pluralité du débat politique et son engagement à faire à faire bénéficier son pays de son immense expérience acquise durant sa riche carrière professionnelle.

« La Guinée, pays phare de l’Afrique sur le plan politique, château d’eau et grenier de l’Afrique de l’ouest avec un sous sol d’une rare richesse. C’est cela le paradoxe de la Guinée !!! Après un demi-siècle d’indépendance, on ne parle de la Guinée qu’en des termes peu élogieux. La Guinée est devenue synonyme de mauvaise gouvernance, de corruption, de chômage, de misère sociale et de massacres d’innocents dans une impunité totale », affirmait-il en 2009, à Conakry.

M. Barry promettait, une fois au pouvoir, d’améliorer les conditions de vies des Guinéens et de donner de l’emploi aux jeunes qui, à ses yeux, sont les premières victimes de la mauvaise gouvernance. Il louait le sens de responsabilité des Guinéens qui ont fait échouer  « les tentatives de division des responsables des syndicats et de la société civile ».

« Je les (Guinéens) encourage fortement à renforcer cette cohésion.  Je crois profondément que nous ne pouvons résoudre les problèmes de la Guinée que si nous recherchons les solutions ensemble. Chaque Guinéen a une histoire différente de l’autre. Nous ne venons pas tous du même endroit ; Nous ne parlons pas tous la même langue ; Nous ne partageons pas tous la même culture ni les mêmes traditions ; Nous  ne vivons pas tous dans ce beau pays. Mais une chose est sûre, c’est que nous voulons tous aller dans la même direction et nous voulons tous d’un avenir meilleur, pour nous et nos enfants », disait-il.

AIB a toujours appelé de tous ses vœux à la modification de la constitution pour autoriser les candidatures indépendantes. Nouvelle donne qui, selon lui, favorisera l’avènement d’une vraie démocratie.

« Le principe de la candidature indépendante ignoré par  la dernière constitution est un principe pourtant salavateur pour notre jeune démocratie », regrettait-il en 2010, après l’adoption de la nouvelle constitution.

Le Parti Guinéen du Travail représenté et l’Union des Forces Nouvelles de Guinée s’étaient ralliés à sa cause. « Le ralliement de ces deux structures politiques jette les jalons d’une coalition en formation autour de ma candidature. Cette coalition fera appelle à toutes les forces du pays qui aspirent à la rupture dans la manière de gouverner notre beau et cher pays », avait-il espéré avant le rejet de sa candidature.

L’Administration générale de Kaloumpresse.com présente ses condoléances à la famille éplorée et à tout le peuple de Guinée.


Kaloum Presse
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*